VIVRE AVEC UN SAC DE 2,8 kg : le guide complet

VIVRE AVEC UN SAC DE 2,8 kg : le guide complet

Je suis reparti sur les routes, pour une durée indéterminée.
Avec un sac… de 2,8 kg.

 

Après 13 années de voyage et d’expatriation, le moment était venu de dire au-revoir à ma valise.
Et après 8 ans de passion pour le minimalisme, le moment était venu de le vivre vraiment.

 

Un sac de moins de 3 kg, c’est un sac qu’on peut transporter toute la journée.
C’est moins lourd que le sac d’un étudiant moyen, et pourtant, ça peut contenir toute une vie.

 

Plus besoin de laisser son sac à l’hôtel, plus besoin de s’organiser pour y revenir à chaque fois qu’on a besoin de quelque chose… plus besoin non plus d’enregistrer ses bagages en avion, plus besoin de planifier ses journées en fonction de l’hébergement.

 

On peut se promener toute la journée et travailler dans des cafés, sans même se soucier de l’endroit où l’on dormira le soir. Le moment venu, on trouve un hébergement dans le quartier où on se trouve… au moment exact où on commence à être fatigué.

 

Après des semaines d’expériences et d’optimisations, voici mon guide pour faire tenir sa vie et son bureau dans moins de 3 kg :

 

1- LA BALANCE

 

Avant de commencer, on s’équipera d’une balance à suspension (en vente dans les aéroports et les magasins de voyage).
On choisira un modèle léger et compact.

 

La balance à suspension permet de choisir facilement l’objet le plus léger lorsqu’on s’équipe. Elle est indispensable au jour-le-jour, pour optimiser le contenu du sac.

 

2- LE SAC

 

Les sacs-gadgets avec plein de poches et de fonctionnalités ont tous le même problème : ils sont trop lourds.
Plus il y a de poches, plus il y a de fonctionnalités, plus il y a de matière.

 

Les meilleurs sacs sont les plus légers : il vaut mieux pouvoir transporter quelques vêtements de plus que d’avoir trois poches en plus dans son sac…

 

Le style du sac est important (comme celui des vêtements) : comme on n’en n’a qu’un, il faut qu’il soit passe-partout.
PAS de sacs qui crient « touriste ». PAS de sacs qui crient « voyageur ».
Le meilleur sac est celui qu’on pourrait prendre pour aller au bureau aussi bien qu’au sport.

 

Modèle conseillé : North Face Flyweight Pack, en noir.
Il est léger, discret, et simple.

 
 

3- LES VÊTEMENTS

 

La clé pour voyager léger, c’est de laver ses vêtements tous les soirs.

 

Ça semble une corvée, jusqu’à ce qu’on ait trouvé la bonne technique (4 minutes quotidiennes passées en lavage, c’est le prix à payer pour avoir la liberté et la légèreté qui vont avec ce système de vie).
Je détaillerai la technique de lavage en 4 minutes dans la suite de cet article.

 

En attendant, voici comment transporter sa garde-robe dans un sac de moins de 3 kg :

 

— On voyagera avec 2 ensembles de vêtements (2 polos, 2 sous-vêtements, 2 paires de chaussettes).
Comme on les lave tous les soirs, on a encore un change pour sortir pendant que les autres vêtements sèchent.

Si on ne sort jamais le soir, on peut même voyager avec un seul ensemble de vêtements : celui qu’on porte…

 

— On ne choisit QUE des matériaux synthétiques, qui sèchent vite.
JAMAIS de coton (le coton retient l’eau, pèse lourd, sèche lentement… bref, c’est le matériau de l’horreur).
L’idéal : des vêtements de sport qui ne ressemblent pas à des vêtements de sport, et qui sont donc universels pour aller partout.
Voir au rayon golf des magasins de sport, c’est là qu’on en trouve le plus…
 

— Le POLO est le haut idéal, parce qu’il est universel.
Il est assez habillé pour sortir dans un beau restaurant, mais passe aussi bien sur la plage ou dans une salle de sport.
C’est le vêtement ultime du voyageur, parce qu’il passe dans toutes les situations.
 

— Le NOIR est la meilleure couleur, parce que vu qu’on va s’habiller exactement de la même façon tous les jours… on préfère éviter de passer pour quelqu’un qui ne se change pas.
On connaît tous quelqu’un qui s’habille plus ou moins pareil tous les jours. Et il se trouve que dans 95% des cas, cette personne s’habille en noir.
Le noir est la couleur de l’uniforme personnel, c’est la seule qui semble vraiment pouvoir se porter tous les jours.
Autre avantage du noir : il rend tout de suite un polo plus élégant…

Voici donc la liste des vêtements :

 

— 2 polos noirs, en synthétique (polos de sport ou de golf qui ne ressemblent pas à des polos de sport).
Un dans le sac, un qu’on porte.
 

— 2 sous-vêtements synthétiques (conseillé : Gamme Uniqlo Airism ou Exofficio).
Un dans le sac, un qu’on porte.
 

— 1 pantalon noir synthétique (conseillé : Gamme Uniqlo Dry-Ex).
On le porte.
 

— 2 paires de chaussettes synthétiques, ou bien en laine de Merino (conseillé : gamme sport de H&M pour du 100% synthêtique, chaussettes Merino de Marks & Spencer, ou chaussettes fines en laine de chez HOM)
Une dans le sac, une qu’on porte.
 

(Le problème de la laine, c’est qu’on ne va pas pouvoir les sécher en urgence au sèche-cheveux si le cas se présente : elles vont rétrécir. Ce n’est pas le cas de la plupart des chaussettes synthétiques).

 

— 1 t-shirt pour dormir (conseillé : Gamme Uniqlo Airism)

 
— 1 short qui fait aussi maillot de bain. 
On le porte quand le pantalon sèche, et pour nager ou pour faire du sport (conseillé : short de sport ultra léger Adidas / Nike ou autre).

 
— 1 paire de chaussures qu’on porte. Confortables, légères, passe-partout (aussi bien pour le sport que pour la ville), et surtout : qui sèchent vite.
 
Les meilleures chaussures semblent être les baskets en sorte de tissu ultra-fin qu’on voit de plus en plus dans les magasins de sport ces dernières années.
Pour qu’elles soient universelles et qu’elles passent dans toutes les situations, on préfèrera un modèle uni, sans logo apparent. Si possible en noir (tissu noir ET semelle noire. Ça fait tout de suite moins baskets quand la semelle n’est pas blanche, et c’est moins salissant).

 

Avec ça, on est paré pour aborder toutes les situations. La plage et la salle de sport, aussi bien que les dîners en ville.

 

Pour les climats froids, on remplacera le pantalon synthétique par un jean’s noir.
Le séchage du jean’s se fera en une nuit, en le posant sur un radiateur (voir la technique d’essorage ci-dessous).
Pas besoin, donc, de deuxième pantalon.

 

Toujours pour les climats froids, on peut ajouter un sous-pantalon qui tient chaud (conseillé : marque Columbia, parce qu’ils sont tès légers).

 

On ajoutera aussi deux pulls (ce qui permet de varier la chaleur en en portant un ou deux).

 

Les vêtements sont placés dans une pochette à documents A4, à l’arrière du sac, pour donner un support plus mou sur le dos (évite d’avoir l’iPad contre le dos, vu que mon sac à dos ultra-léger n’est pas rembourré).

 

4- COMMENT LAVER SES VÊTEMENTS EN 4 MINUTES

 

Et les faire sécher en quelques heures…

 

La méthode consiste à prendre l’habitude de systématiquement laver ses vêtements à chaque fois qu’on prend une douche.

 

On n’aura PLUS JAMAIS besoin de transporter des vêtements sales :

 

Étape 1 : s’équiper d’un sac plastique ou d’un seau pliable de camping (modèle conseillé : Sea to Summit folding bucket, 10l). Un bête sac plastique fait aussi l’affaire, mais c’est un peu moins pratique (il a tendance à se plier, et donc à se vider).

 

Étape 2 : placer ce sac ou ce seau pliable dans l’évier, le remplir d’eau, et ajouter de la lessive.

 

Étape 3 : se déshabiller, et mettre tous les vêtements qu’on porte dedans. Mélanger un peu à la main pendant 20 secondes.

 

Étape 4 : prendre une douche pendant que tout ça macère.

 

Étape 4 : à la sortie de la douche, mélanger encore pendant 20 secondes, puis vider l’eau de la lessive, essorer grossièrement les vêtements, et remplir d’eau à nouveau pour rincer.

 

Étape 5 : refaire encore un rinçage.

 

Et c’est fini…

 

LE SÉCHAGE :

 

Étape 1 : essorer les vêtements grossièrement à la main

 

Étape 2 : placer une serviette au sol, et y poser les vêtements.

 

Étape 3 : rouler la serviette autour.

 

Étape 4 : marcher sur la serviette pour écraser.

 

Et voilà. Les vêtements seront secs dans quelques heures à peine, s’ils sont synthétiques.

 

Pour les chaussettes (le plus long à sécher) : on les fixe sur le climatiseur, sur le radiateur, ou près d’un ventilateur avec des pinces à documents (c’est magique tellement ça marche bien).

 

Dans tous les cas, et quel que soit le climat, si on applique cette méthode, les vêtements seront 100% secs le matin (et même bien avant)…

 

En cas d’urgence (besoin de partir en pleine nuit avant que tout ait séché), on pourra toujours finir le séchage avec le sèche-cheveux fourni par l’hôtel.

 

 

5- L’ÉQUIPEMENT ÉLECTRONIQUE

 

Les règles à suivre :

 

— PAS d’ordinateur lourd.
Modèle conseillé si on a besoin d’un ordi : Macbook 12 pouces (moins d’1 kg, et très compact).

 
— PAS d’ordinateur dont le chargeur ressemble à une brique.
L’idéal : chargement par USB-C (c’est le cas du MacBook 12 pouces).

 
— AUCUN appareil qui demande un chargeur dédié.
Tout doit pouvoir se charger en USB, USB-C ou assimilé.

 
— On peut remplacer l’ordi par une tablette si c’est possible (j’utilise un iPad Pro 12,9 pouces, et plus d’ordinateur).
L’avantage de l’iPad Pro pour quelqu’un qui prend beaucoup de notes, c’est qu’il remplace complètement le papier.

 
— Selon son activité, il devient de plus en plus possible de travailler uniquement depuis un smartphone (choisir un grand modèle, comme l’iPhone XS Max).

 

On pourra utiliser un cyber-café dans les cas rares où on aura toujours besoin d’un ordi (les cyber-cafés existent encore partout dans le monde, mais aujourd’hui ils s’adressent davantage aux gamers. Peu importe : on peut y payer pour avoir accès à un ordi les 3 fois par an où c’est encore nécessaire pour beaucoup de gens).

 

Il faut trouver un chargeur unique qui puisse tout charger (pas besoin d’en transporter plusieurs), et qui permette la charge rapide (29W pour MacBook et iPad Pro).

 

La charge rapide me permet de me passer de powerbank, en utilisant une prise dans un café pendant 30 minutes quand j’en ai besoin.

 

Modèle de chargeur conseillé : Aukey 29W 2 ports (USB et USB-C). Ou équivalent chez Anker.

 

Si on fait des podcasts, on peut remplacer un micro lourd par un micro-cravate qu’on tient près de la bouche (Shure MVL ou Rode Smartlav).

 

Pour la vidéo, on utilisera son smartphone ou une GoPro ou assimilé.

 

6- LA TROUSSE DE TOILETTE

 

Elle contient

 

— Une tondeuse ultra légère Phillips (qu’on peut charger en USB)

 
— Une poche plastique avec de la lessive

 
— Un déodorant format voyage

 
— Le reste du nécessaire de toilette (brosse à dents, coupe-ongles, etc…)

 
— Ma bassine pliable pour la lessive (Sea to summit bucket)

 
— Des pinces à documents pour accrocher mes chaussettes sur la clim (voir la partie « lessive »).
 

7- LA POCHETTE DE VIE

 

C’est une pochette qui contient tout ce dont j’ai besoin pour vivre.

 

Elle est séparée en sous-pochettes de couleur :

 

— Pochette bleue : nuit (boules quies et masque pour dormir).

 
— Pochette grise : chargeurs et câbles

 
— Pochette rose : travail (Apple pencil + micro-cravate)

 
— Pochette blanche : documents (papiers d’assurance, cartes que je n’utilise pas tous les jours… protégés par un plastique étanche).

 
— Pochette verte : médicaments et assimilés.

 
— Pèse-bagage à suspension.

 

8- LE PORTEFEUILLE

 

J’ai un portefeuille dans la pochette intérieure de mon sac qui contient :

 

— Mon passeport (protégé par un plastique étanche)

 
— Mes cartes bancaires

 
— De l’argent liquide

 

Dans la poche de mon pantalon, j’utilise un clip à billets pour mes dépenses de la journée (jamais plus de 100€ dans la poche, en équivalent local. Si j’ai besoin de plus, je le prends dans le sac).

 

9- ORGANISATION DU SAC

 

— La pochette à vêtements est placée au dos du sac, pour apporter un support « mou » et éviter que l’iPad touche directement mon dos vu que ce sac ultra-léger n’est pas rembourré.

 

— Après la pochette à vêtements, l’iPad.

 
— Dans l’espace qui reste : la trousse de toilette en bas, et la pochette de vie au-dessus.

 
Il reste encore plus de la moitié du sac qui est vide, ce qui permet de transporter à manger, des courses, ou quoi que ce soit…

 

— Dans la poche de côté, accessible depuis l’extérieur : un étui pour mes lunettes de soleil.

 

10- SÉCURITÉ

 

Une astuce utile pour décourager les pickpockets :

 

Il suffit d’attacher un petit mousqueton pour joindre les deux languettes du zip pour décourager le vol.
Le voleur doit défaire le mousqueton avant de pouvoir ouvrir le sac, ce qui bien entendu risque de lui faire choisir une autre victime.

 

C’est mois sûr qu’un cadenas, mais c’est quand même plus pratique.

 

Autre astuce : mettre les languettes du zip en haut du sac, pas sur les côtés.
Le voleur devra lever les mains pour ouvrir le sac, ce qui est beaucoup moins discret dans une foule ou dans le métro que si les languettes étaient en bas…

 

Et voilà !

 

En suivant cette liste, on devrait pouvoir faire tenir toute sa vie dans 2,8 kg (si iPad Pro 12,9 pouces), 3kg (si Macbook 12 pouces), ou 2,1 kg si on n’utilise que son téléphone et qu’on le garde dans sa poche.

 

C’est parti pour l’aventure !