Et si ce qui vous avait empêché de réussir, c’était votre cadre de référence ?

Et si ce qui vous avait empêché de réussir, c’était votre cadre de référence ?

Votre cadre de référence, c’est le critère que vous utilisez pour décider si une idée est valide :

 

Si votre cadre de référence est externe, vous utilisez l’avis des autres pour valider votre point de vue : “Que penses-tu de cette chemise ? Elle est plutôt sympathique, non ?”

 

Si votre cadre de référence est interne, vous utilisez votre expérience et vos connaissances pour valider votre point de vue : “Le rouge me va bien, mais en comparaison avec ma chemise blanche, la coupe est clairement mauvaise”…

 

En réalité, on utilise toujours un peu des deux pour savoir si l’on a raison ou pas.

 

C’est un fait : plus on utilise un cadre de référence interne, plus on réussit ses projets. Et plus on avance vite.

 

Un visionnaire, quelqu’un qui fait vraiment changer les choses, qui entraîne les autres (ou son marché) en avant, c’est toujours quelqu’un qui utilise un cadre de référence interne.

 

Au contraire, quelqu’un qui a besoin de trois années avant de prendre une décision insignifiante, quelqu’un qui reproduit indéfiniment ce que font les autres, et qui est incapable de devenir une force de proposition, c’est toujours quelqu’un chez qui le cadre de référence externe est dominant.

 

Entre Steve Jobs et Madame Michu, la plus grande différence, c’est le cadre de référence.

 

Entre un pilier du Bar des Sports et Richard Branson, la plus grande différence, c’est le cadre de référence.

 

Entre le candidat moyen à la Nouvelle Star et Lady Gaga, la plus grande différence, c’est le cadre de référence.

 

Entre le rappeur raté qui traîne en jogging à Châtelet-les-Halles et Eminem, la plus grande différence, c’est le cadre de référence.

 

Ajustez votre cadre de référence, et vous allez changer votre carrière. Ajustez votre cadre de référence, et vous allez devenir un leader.

 

Si vous courez un 100 mètres et que vous tournez la tête pour voir où sont vos concurrents, vous perdez. Si vous regardez en avant, si la ligne d’arrivée compte davantage que la façon dont vous vous comparez aux autres, vous gagnez.

 

PS : Losque vous cherchez à persuader quelqu’un, commencez par détecter son cadre de référence.
Vous saurez alors quels arguments sont les plus parlants pour lui : “Jacqueline et René ont acheté une Twingo et en sont satisfaits, pourquoi pas toi ?” ou au contraire “Tu as toujours choisi Renault, mais tu m’as souvent dit que ta Mégane consommait trop : pourquoi pas une Twingo ?”…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram