Author: jean

Tu as déjà vu mes automatismes ?

 

Celui duquel je t’avais parlé il n’y a pas longtemps, qui me permet juste en uploadant un simple fichier audio sur Dropbox, puis en remplissant un bête formulaire, de :

 

Poster cet audio automatiquement sur toutes les plateformes, à la date et l’heure indiquée…

 

En faire automatiquement une version vidéo et la poster sur YouTube à la date et l’heure choisie…

 

Récupérer le player, et créer automatiquement un article sur mon site avec cet audio, le titre et la description…

 

Envoyer ensuite automatiquement un mailing à ma liste, dont une partie du texte est aléatoire, et l’autre basée sur le titre et la description de cet audio…

 

Envoyer automatiquement un second mailing le jour d’après, formaté de façon différente…

 

Créer automatiquement des images qui correspondent au titre de ce contenu, et les poster sur Facebook avec le lien, le titre et la description…

 

Envoyer automatiquement des notifications dans le navigateur de ceux qui me suivent, pour les alerter que ce contenu est en ligne…

 

Envoyer automatiquement 2 autres mails le jour du retrait de l’offre… puis carrément retirer automatiquement le produit de la vente à la date et l’heure d’expiration…

 

Et tout ça… en uploadant un bête audio sur Dropbox et en remplissant juste un simple formulaire de 5 champs. 2 minutes de travail, au grand max.

 

Des automatismes comme celui-ci, j’en ai des dizaines et des dizaines.

 

Et ça doit m’économiser entre 10 et 15 heures de travail par semaine.

 

Le souci, c’est que tout le monde n’a pas le temps ni l’envie de se plonger là dedans. Moi, ça m’a pris des mois de travail acharné, pendant lesquels j’aurais pu faire autre chose.

 

C’est pour ça que j’ai décidé de t’écrire ce mail. Parce qu’il y a quelques semaines, j’ai rencontré un gars qui s’appelle Félix, et qui fait exactement ça pour plusieurs marketeurs que tu connais.

 

Il travaille entre autres pour Antoine BM (il lui a automatisé toute la gestion de la TVA intracommunautaire, en plus de tout son système de statistiques… le truc est juste fou).

 

Bref, c’est le mec exact qui est derrière les automatismes qui font tourner le business de plusieurs créateurs que tu suis probablement, et qui font le même métier que moi.

 

Si tu voudrais bosser avec lui, ou juste lui parler pour lui demander ce qu’il pourrait faire pour toi, attends juste un peu…

 

Parce qu’il y a encore autre chose :

 

Le mec en question a carrément monté une équipe de choc pour les gens comme toi et moi.

 

Ils s’occupent de tout : du support clients (tu sais comme c’est chiant de faire ça tous les jours…), des automatismes donc, mais aussi de tout le reste.

 

Il y a même carrément un notaire dans l’équipe pour s’occuper du côté juridique. Enfin, les gars ne sont pas des rigolos…

 

Grâce à ce juriste, ils peuvent peut-être t’aider à récupérer une partie de ton CA que tu payais chaque année en taxes. Dans certains cas, il est possible d’économiser des milliers, voire des dizaines de milliers d’euros…

 

La vérité, c’est que les comptables et les juristes qui ne connaissent pas notre métier conseillent souvent des structures ou des façons de travailler qui ne sont pas les meilleures, et ça te coute peut être de l’argent sans même que tu le saches.

 

D’ailleurs, si tu avais suivi l’affaire il y a quelques semaines, ce sont aussi eux qui ont envoyé des huissiers aux trousses des gens qui piratent nos formations…

 

Bref, leur truc, c’est de faire en sorte qu’un créateur comme toi et moi n’ait plus qu’une seule chose à laquelle penser et sur laquelle passer son temps : créer du contenu.

 

Tout le reste est pris en charge :

 

Le support clients, la technique, les automatisations (je n’avais encore jamais rencontré quelqu’un qui maitrise autant ces outils -et l’automatisation ça ne connaît)…

 

Ils gèrent aussi tout ton administratif : la facturation et la récupération des factures sur tous les services pour ta compta, la TVA intra communautaire, les courriers reçus, les obligations légales… : tu n’as plus rien à faire.

 

Vu qu’il y a un juriste de choc dans l’équipe (un notaire), ils peuvent aussi donner des conseils juridiques et fiscaux (contrairement à un juriste ordinaire, ils connaissent notre métier de très près et font souvent économiser des milliers, voire des dizaines de milliers d’euros chaque année que les entrepreneurs payaient aux impôts), te conseiller pour tes contrats, tes CGV…

 

Attention, on ne parle pas de guignols.

 

Les mecs ont travaillé pour Antoine BM, pour Stan de Marketing Mania et d’autres… ils connaissent sur le bout des doigts les coulisses d’un business qui marche.

 

Ils peuvent même te botter les fesses pour que tu sortes des produits, et te motiver pour bosser, comme ils le font pour certains créateurs (là, je ne donnerai pas de noms)…

 

Par contre, c’est pas pour les clowns.

 

J’ai rencontré Felix, et on est resté en contact. On s’échange des astuces et des trucs en matière d’automatisation, de compta… et j’ai voulu lui donner un coup de pouce en parlant de ce qu’il fait à mes inscrits.

 

Du coup, ça serait agréable de ne pas avoir de demandes farfelues. Il faut compter au strict minimum 600€ par mois (20€ par jour) pour travailler avec son équipe. Et jusqu’à 2000€ par mois, selon les besoins et la demande.

 

C’est pour les pros, donc.

 

Et c’est l’équipe exacte qui se cache derrière le succès de plusieurs personnes que tu suis sur le web.

 

Tu peux contacter Félix en cliquant ici pour savoir ce que vous pourriez faire ensemble. Il peut prendre 5 clients en plus, mais pas davantage.

 

Le gars est sympa, sérieux, et il connaît son boulot.

 

Je te laisse faire la suite si tu penses que c’est quelque chose dont tu as besoin.

 

À demain,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel

 

PS : Les prestas qu’il propose sont taillées sur mesure selon ce dont tu as besoin. Le plus simple, c’est de le contacter pour savoir, en cliquant ici.

 

La vie est injuste.

 

De mauvaises choses arrivent à des gens biens, et de bonnes choses arrivent à des ordures.

 

Chaque journée qui passe nous en donne une nouvelle démonstration, mais pourtant, on voudrait croire que tout est beau, et que l’univers récompense ceux qui sont gentils.

 

On se fabrique un imaginaire pour se rassurer. Un monde qui n’est pas vrai, dans lequel la vie serait juste.

 

Et plus on continue à croire en cette illusion, plus on s’enferme dans la philosophie de l’échec, qui consiste à croire que plus on y met de peine, plus on aura de résultats.

 

J’ai rencontré beaucoup de débutants dans ce métier qui cherchaient des méthodes difficiles, pénibles et dures, alors qu’une solution facile était là, juste devant leurs yeux.

 

Inconsciemment, on rejette la facilité. Parce qu’au fond de soi, on se dit que ça ne peut pas être aussi simple. Qu’il faut mériter le résultat qu’on veut pour être capable de l’obtenir.

 

Parce qu’on se fait croire que la vie est juste.

 

C’est aussi pour ça qu’on se sent un peu comme un imposteur quand on bosse 5 heures par semaine sous les cocotiers et qu’on gagne en un jour ce que beaucoup de gens honnêtes et travailleurs gagnent en un mois.

 

Mais le karma n’existe pas, en tous cas pas dans cette vie. Ce n’est pas parce que la voie que tu choisis est difficile que l’univers va devoir te récompenser en t’envoyant forcément de l’argent.

 

L’univers ne te dois rien, quelque soient tes efforts. Parce que l’univers est un paquet d’atomes qui n’ont aucune opinion sur toi ni sur ton effort.

 

Cette histoire, elle me fait penser aux gens en misère affective qui pensent que parce qu’ils font un effort pour quelqu’un, alors cette personne leur devra forcément de l’amour en retour, voire des faveurs sexuelles. On a tous vu quelqu’un comme ça au moins une fois. Et ça fait peur…

 

Il n’y pas de comptabilité de l’effort. Tu ne vas pas être récompensé à la mesure de ta peine.

 

La vérité, c’est que la pénibilité n’est pas corrélée avec le succès. Sinon, les mineurs de charbon rouleraient en Porsche. Et c’est pas le cas.

 

Quand on reconnaît que la vie est injuste, et qu’on ne peut pas changer ça, il y a deux solutions :

 

1- Passer sa vie à s’en plaindre.

 

2- Faire avec, en connaissance de cause.

 

C’est ce que j’appelle le principe de la réalité.

 

Si tu vis dans un monde imaginaire dans lequel l’univers te doit de l’argent parce que tu trimes, alors je suis désolé de te dire que tu es en train de te battre contre des moulins. Et que tu n’arriveras à rien.

 

Mais si tu vis dans le monde réel, que tu acceptes qu’il ne soit pas toujours comme tu voudrais qu’il soit, mais que tu apprends quand même comment il fonctionne vraiment pour pouvoir y trouver ton avantage, alors tu as quand même un peu plus de chances d’avoir ce que tu veux.

 

Et la réalité, c’est que beaucoup de choses dont rêvent la plupart des gens sont faciles a avoir.

 

Ils ne le voient pas parce qu’ils pensent que la vie est juste, et que l’univers ou le karma récompensera leurs efforts s’ils choisissent une voie difficile.

 

Mais s’ils voyaient le monde tel qu’il est vraiment pendant l’espace d’un instant, s’ils reconnaissaient qu’il n’est pas juste et qu’il ne tient pas de comptabilité de l’effort, ils se rendraient compte qu’ils ont évité toutes les solutions faciles, souvent inconsciemment, à cause de cette manière de penser.

 

Ce n’est pas en se faisant souffrir qu’on mérite obligatoirement un résultat. Et les solutions sont parfois tellement faciles qu’on refuse souvent de les voir, même quand elles sont sous nos yeux.

 

Ça, c’est dit.

 

Et ça me fait penser à autre chose :

 

Tu te souviens, quand tu était plus petit, et que les adultes te disaient que tu passais trop de temps sur l’ordi ?

 

C’est peut être le temps que tu avais passé dessus à cette époque qui t’a permis de savoir faire ce qui te fait vivre aujourd’hui.

 

Le puritanisme, cette idéologie selon laquelle il faut souffrir pour être quelqu’un de bien, selon laquelle il faut renoncer à ce qu’on aime pour réussir… elle fait encore des ravages aujourd’hui.

 

Depuis l’époque de la Prohibition jusqu’aux mauvais conseils qu’on donne aujourd’hui aux plus jeunes, qu’on dirige parfois vers une vie faite d’ennui et de médiocrité, le puritanisme continue de nous pourrir la vie.

 

Les puritains nous jugent du haut de leurs vies ennuyeuses, qu’ils pensent supérieures aux nôtres parce qu’elles sont strictes.

 

Mais les puritains n’ont pas compris que quelqu’un qui aime jouer, c’est quelqu’un qui aime se dépasser. Et quelqu’un qui aime se dépasser, c’est souvent quelqu’un qui réalise de grandes choses.

 

Renoncer à ses rêves de gosse, se priver de ce qu’on aime pour gagner sa vie dans un boulot qui demande à se forcer tous les matins, c’est le contraire de la réussite.

 

Le puritanisme propose un modèle de vie sans joie, sans jeu, sans rires.

 

Moi je préfère jouer, et encourager les plus jeunes à ne jamais s’arrêter de s’amuser.

 

Parce que la vie est un jeu, le travail est un jeu, et la réussite est un jeu.

 

Allez : encore autre chose, et pour ça, je laisse la parole à Darwin :

 

« Ce ne sont pas les espèces les plus intelligentes qui survivent, ce ne sont pas non plus les plus fortes qui survivent. L’espèce qui survit, c’est celle qui est capable de s’adapter et de s’ajuster le mieux à l’environnement changeant dans lequel elle se trouve. »

 

Le mec parlait de la survie des espèces. Mais on ne peut pas lire ça sans penser un peu au business.

 

On en a vu passer, des gens intelligents. On en a vu passer, des gens qui avaient une force de caractère hors du commun.

 

Mais ceux qui restent, au final, ce sont juste ceux qui ont su s’adapter à chaque fois que l’environnement a changé.

 

C’est peut être une vérité universelle, ce truc là. Ça ne s’applique certainement pas qu’à l’évolution des espèces et au business.

 

Bref. Contrairement à l’idée répandue, ce ne sont pas les plus forts ni les plus gros qui survivent : ce sont ceux qui savent s’adapter.

 

Bon, j’écris trop.

 

Mais ça t’intéresse de faire comme moi et comme d’autres, et de te mettre à utiliser l’e-mail comme un vrai support, je t’ai préparé quelque chose qui va t’intéresser :

 

Ça s’appelle « REMPLIR SA MAILING-LIST : les façons invisibles, rapides, et légales »

 

Tu vas apprendre mes nouvelles façons de remplir sa mailing-list :

 

Comment capturer des e-mails au moment où on s’y attend le moins

 

Les nouvelles formules de collecte d’e-mails testées par mes soins : ça cartonne !

 

Comment transformer chaque contenu, même sur Facebook ou Instagram, en aimant à inscrits

 

L’objectif : commencer tout de suite à remplir ta liste d’inscrits de qualité, qui cliquent et qui achètent.

 

C’est ici (et ça sera retiré dans quelques jours) :

 

« REMPLIR SA MAILING-LIST : les façons invisibles, rapides, et légales »

 

(Derrière ce lien, y a une présentation gratuite qui va t’expliquer tout ça, et une formation optionnelle).

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

Si tu travailles seul et que c’est difficile pour toi, je vais te donner une idée qui peut tout changer…

 

Peut être que tu te retrouves dans l’un des cas suivants :

 

Tu as parfois du mal à te mettre au travail et tu procrastines souvent, parce que tu travailles seul…

 

Tu as parfois du mal à trouver des idées tout seul, parce que tu aurais besoin d’en parler avec quelqu’un qui connaît ton métier…

 

Tu as l’impression que ton activité serait beaucoup plus profitable si quelqu’un t’aidait et t’encourageait tous les jours…

 

Et comme tu as plus de difficultés à faire ces choses là tout seul, tu as tendance à culpabiliser. Tu te dis parfois que c’est de ta faute. Que tu n’as pas assez de volonté, ou même que tu es l’un des seuls pour qui c’est tellement difficile de travailler seul.

 

Si tu pensais ça, alors tu peux te détendre tout de suite.

 

Parce que c’est juste entièrement faux.

 

La vérité, c’est que TOUT LE MONDE est comme toi. TOUT LE MONDE peine à travailler seul. TOUT LE MONDE a les mêmes difficultés que toi pour essayer de réaliser ce dont il est capable en travaillant seul.

 

A part peut être, un ou deux vieux sages qui vivent en ermites en haut d’une montagne.

 

Bref, tu n’es pas tout seul.

 

Est-ce que tu as déjà remarqué n’y a pas UN SEUL sportif de haut niveau qui n’a pas de coach ?

 

Qu’il n’y a pas UN SEUL président de pays ou PDG qui n’est pas entouré de conseillers ?

 

Qu’il n’y a pas UN SEUL chanteur ou acteur qui n’est pas chaque jour entraîné, soutenu et aidé par une multitude de coachs ?

 

(Ça serait même complètement impensable que ces gens là travaillent seuls…)

 

Si tu as du mal à travailler seul, c’est juste normal. C’est juste la nature humaine qui est comme ça. Ce n’est pas de ta faute et c’est pareil pour tout le monde.

 

Le plus étonnant, c’est ça :

 

Les gens qui se font le plus aider ne sont pas ceux qui ont moins de talent que les autres, comme on pourrait le croire.

 

Au contraire, ce sont justement LES MEILLEURS qui se font le plus entourer et le plus aider. Parmi ceux qui sont au top de leur métier, quasiment tous se font aider !

 

Imagine un chanteur, un président de pays, un PDG ou un sportif de haut niveau qui travaillerait seul et qui arriverait aux mêmes résultats…

 

Ça n’existe pas parce que c’est juste IMPOSSIBLE.

 

On nous a fait croire que demander de l’aide et de faire accompagner, c’était bon pour les débutants. Pour ceux qui n’étaient pas capables de prendre des bonnes décisions en étant seul.

 

Et tu sais quoi ? On nous a menti.

 

Parce que parmi tous ceux qui ont connu le succès, l’énorme majorité y sont parvenus pour une, et une seule raison : ils se sont fait aider et accompagner par les bonnes personnes.

 

Le problème, c’est que c’est tellement difficile de choisir un coach… aujourd’hui, particulièrement dans le marketing, il y a tellement de guignols qui proposent de l’accompagnement…

 

Et comme moi, tu connais la formule : « Mieux vaut être seul que mal accompagné ».

 

Surtout, vu combien ça coûte le de se faire coacher, on prend toujours un risque en choisissant quelqu’un. Parce que c’est difficile de savoir à l’avance s’il est la bonne personne pour nous ou pas.

 

C’est la raison pour laquelle je te prépare un mail que tu vas recevoir demain, dans lequel je vais te donner des critères et des pistes concrètes pour savoir comment choisir ton coach.

 

Et je vais aussi te parler de la façon dont j’ai choisi le mien (tu as vu les changements dans mon activité depuis quelques semaines… ce n’est pas dû au hasard)…

 

Même les meilleurs se font coacher.

 

En fait non. SURTOUT les meilleurs se font coacher.

 

Tu sais mieux que moi que c’est ça qui te manque pour dépasser enfin les paliers que tu lorgnes avec envie depuis tellement de temps.

 

Et si tu essayais, juste pendant 1 ou 3 mois, pour savoir de quoi tu es vraiment capable quand tu es bien accompagné ?

 

Demain, je vais te donner des pistes concrètes pour bien choisir ton coach.

 

Peut être qu’avant la fin du mois, tu pourrais déjà commencer à te faire accompagner… et en finir définitivement avec toutes les difficultés que tu avais en travaillant seul.

 

A demain,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

PS : Rejoins-moi aussi sur Facebook 🙂

 

Si tu travailles seul et que c’est difficile pour toi, je vais te donner une idée qui peut tout changer…

 

Peut être que tu te retrouves dans l’un des cas suivants :

 

Tu as parfois du mal à te mettre au travail et tu procrastines souvent, parce que tu travailles seul…

 

Tu as parfois du mal à trouver des idées tout seul, parce que tu aurais besoin d’en parler avec quelqu’un qui connaît ton métier…

 

Tu as l’impression que ton activité serait beaucoup plus profitable si quelqu’un t’aidait et t’encourageait tous les jours…

 

Et comme tu as plus de difficultés à faire ces choses là tout seul, tu as tendance à culpabiliser. Tu te dis parfois que c’est de ta faute. Que tu n’as pas assez de volonté, ou même que tu es l’un des seuls pour qui c’est tellement difficile de travailler seul.

 

Si tu pensais ça, alors tu peux te détendre tout de suite.

 

Parce que c’est juste entièrement faux.

 

La vérité, c’est que TOUT LE MONDE est comme toi. TOUT LE MONDE peine à travailler seul. TOUT LE MONDE a les mêmes difficultés que toi pour essayer de réaliser ce dont il est capable en travaillant seul.

 

A part peut être, un ou deux vieux sages qui vivent en ermites en haut d’une montagne.

 

Bref, tu n’es pas tout seul.

 

Est-ce que tu as déjà remarqué n’y a pas UN SEUL sportif de haut niveau qui n’a pas de coach ?

 

Qu’il n’y a pas UN SEUL président de pays ou PDG qui n’est pas entouré de conseillers ?

 

Qu’il n’y a pas UN SEUL chanteur ou acteur qui n’est pas chaque jour entraîné, soutenu et aidé par une multitude de coachs ?

 

(Ça serait même complètement impensable que ces gens là travaillent seuls…)

 

Si tu as du mal à travailler seul, c’est juste normal. C’est juste la nature humaine qui est comme ça. Ce n’est pas de ta faute et c’est pareil pour tout le monde.

 

Le plus étonnant, c’est ça :

 

Les gens qui se font le plus aider ne sont pas ceux qui ont moins de talent que les autres, comme on pourrait le croire.

 

Au contraire, ce sont justement LES MEILLEURS qui se font le plus entourer et le plus aider. Parmi ceux qui sont au top de leur métier, quasiment tous se font aider !

 

Imagine un chanteur, un président de pays, un PDG ou un sportif de haut niveau qui travaillerait seul et qui arriverait aux mêmes résultats…

 

Ça n’existe pas parce que c’est juste IMPOSSIBLE.

 

On nous a fait croire que demander de l’aide et de faire accompagner, c’était bon pour les débutants. Pour ceux qui n’étaient pas capables de prendre des bonnes décisions en étant seul.

 

Et tu sais quoi ? On nous a menti.

 

Parce que parmi tous ceux qui ont connu le succès, l’énorme majorité y sont parvenus pour une, et une seule raison : ils se sont fait aider et accompagner par les bonnes personnes.

 

Le problème, c’est que c’est tellement difficile de choisir un coach… aujourd’hui, particulièrement dans le marketing, il y a tellement de guignols qui proposent de l’accompagnement…

 

Et comme moi, tu connais la formule : « Mieux vaut être seul que mal accompagné ».

 

Surtout, vu combien ça coûte le de se faire coacher, on prend toujours un risque en choisissant quelqu’un. Parce que c’est difficile de savoir à l’avance s’il est la bonne personne pour nous ou pas.

 

C’est la raison pour laquelle je te prépare un mail que tu vas recevoir demain, dans lequel je vais te donner des critères et des pistes concrètes pour savoir comment choisir ton coach.

 

Et je vais aussi te parler de la façon dont j’ai choisi le mien (tu as vu les changements dans mon activité depuis quelques semaines… ce n’est pas dû au hasard)…

 

Même les meilleurs se font coacher.

 

En fait non. SURTOUT les meilleurs se font coacher.

 

Tu sais mieux que moi que c’est ça qui te manque pour dépasser enfin les paliers que tu lorgnes avec envie depuis tellement de temps.

 

Et si tu essayais, juste pendant 1 ou 3 mois, pour savoir de quoi tu es vraiment capable quand tu es bien accompagné ?

 

Demain, je vais te donner des pistes concrètes pour bien choisir ton coach.

 

Peut être qu’avant la fin du mois, tu pourrais déjà commencer à te faire accompagner… et en finir définitivement avec toutes les difficultés que tu avais en travaillant seul.

 

A demain,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

Le plus difficile dans ce métier, ce n’est pas la technique. Ce n’est pas le marketing. Ce n’est pas la vente. Ce n’est pas la création de produits.

 

Le plus difficile, la raison pour laquelle tellement de gens se découragent avant leur premier succès, le plus inhumain même…

 

C’est de travailler seul.

 

Et c’est tellement pénible et décourageant de travailler seul, de n’avoir personne avec qui partager ses doutes, personne de qui obtenir des conseils, personne pour se faire soutenir et encourager… que beaucoup d’entrepreneurs vont chercher de la compagnie là où il ne faut pas.

 

C’est tellement inhumain de travailler seul qu’ils s’associent avec n’importe qui. Qu’ils participent à des groupes de losers qui les tirent vers le bas. Ou bien à des communautés remplies de gens médiocres qui les influencent à faire la même chose que tout le monde, et à échouer comme les autres.

 

Jim Rohn disait qu’on est la moyenne des cinq personnes avec lesquelles on passe le plus de temps.

 

Mais le souci, tu le connais comme moi : tes proches, ta famille et tes amis, tu les aimes. Mais ils ne sont juste pas dans le même délire que toi.

 

Si tu leur parles de ton produit, il ne comprennent pas tout. Si tu leur explique une stratégie de pubs Facebook, ils comprennent un mot sur trois.

 

Ils ont certainement bon cœur et veulent t’encourager. Mais tu ressentiras toujours un manque, parce que même quand ils t’entourent, tu travailles seul. Encore et toujours seul.

 

Et plus tu travailles seul, plus tu as de doutes. Plus tu travailles seul, plus tu peines. Plus tu travailles seul, plus tu te dis que ton activité serait tellement plus profitable (et ton boulot plus agréable) si tu avais enfin quelqu’un à tes côtés, qui pouvait te guider, répondre à tes questions, avec qui tu pourrais imaginer des nouvelles stratégies…

 

– Si tu travailles seul et que tu trouves ça inhumain…

 

– Si tu travailles seul et que tu veux que ça cesse enfin…

 

– Si tu travailles seul et que tu ne te vois vraiment pas continuer à subir ça pendant toute ta carrière…

 

Alors lis bien le mail que je vais t’envoyer demain.

 

Parce que je vais te parler d’une idée qui pourrait tout changer pour toi.

 

À demain,

 

Jean Rivière

 

Marketing Naturel.

 

PS : Je viens de poster un système entier de lancement de produits sur mon Canal Telegram Privé, qui inclut exactement quoi et quand poster chaque jour par mail, sur Facebook et sur Instagram. Les gens sont fous et en demandent plus. Et je vais leur donner…

 

Tu peux encore avoir accès à tout ça (y compris ce que j’y ai déjà posté) en cliquant ici.

 

Deux entrepreneurs ont commencé en même temps il y a cinq ans. Ils se ressemblaient tous les deux.

 

Tous les deux, ils avaient les mêmes rêves, les mêmes étoiles dans les yeux, et la même volonté acharnée de réussir leur projet.

 

Et cinq années plus tard, ils se sont revus lors d’une rencontre Marketing.

 

Ils se ressemblaient toujours.

 

Les deux avaient monté leur business. Les deux avaient crée leurs propres produits. Les deux étaient toujours passionnés par les mêmes sujets.

 

Mais il y avait une différence. L’un d’eux gagnait l’équivalent d’un salaire moyen. Et l’autre, il générait souvent plusieurs milliers d’euros par jour.

 

Pourquoi cette différence, alors qu’ils étaient tellement semblables ?

 

Est-ce que tu t’es déjà demandé comme moi, ce qui fait que les gens qui se ressemblent finissent souvent pourtant par avoir des vies très différentes ?

 

Ce n’est pas toujours l’intelligence, ni le talent, ni la capacité de travail. Ce n’est pas non plus que l’un est ambitieux et que l’autre ne l’est pas.

 

La différence, c’est souvent juste la façon dont chacune de ces personnes utilisent les informations qu’elles ont à leur disposition.

 

Et c’est la raison pour laquelle je t’écris ce message aujourd’hui.

 

Parce que cette différence, c’est la raison pour laquelle j’ai créé un Canal Telegram Privé pour te montrer tout ce que je fais chaque jour dans mon activité, ce qui a marché et ce qui n’a pas marché, les outils exacts que j’utilise… pour que tu puisses faire la même chose chez toi.

 

Ce Canal Telegram Privé, c’est quelque chose qui n’avait jamais été fait avant. C’est la toute première fois qu’un marketeur qui a 15 années d’expérience sur le web te montre chaque jour tout ce qu’il fait dans son business, tout ce qu’il teste, et tout ce qu’il pense.

 

Au moment exact où il le fait, et au moment exact où il le pense.

 

Les messages postés sur ce Canal Privé tous les jours contiennent des tutos vidéo, des captures d’écran annotées, des enregistrements audio, des liens, des graphiques, des conseils…

 

Pas seulement sur le marketing, mais sur tout ce qui est important pour réussir une activité en ligne.

 

En ce moment, je suis devant la fenêtre de mon Canal Telegram Privé. Et je regarde juste les tous derniers messages que j’y ai posté :

 

Et je vois chacun des tests que j’ai fait lors des derniers jours et des dernières heures, chacune des idées que j’ai eues, chacun des outils que j’ai utilisé… que j’y ai montrés, expliqués, parfois filmés ou annotés.

 

Et plus tu remontes le fil du canal, scroll après scroll, plus tu découvres encore d’infos fascinantes et inconnues de la plupart des gens.

 

Une vidéo sur tableau blanc te montre exactement les objectifs que je me suis fixés, et la méthode des « blocs » que j’utilise pour les atteindre… Un graphique t’explique la répartition des ventes sur mon dernier lancement… Un audio te donne une technique de vente tellement facile et efficace, et pourtant méconnue de la plupart des entrepreneurs…

 

La plupart des informations qui sont publiées sur le Canal Privé n’apparaissent nulle part ailleurs. Et des nouveaux posts sont ajoutés tous les jours.

 

C’est un investissement de 197€ pour ton business et ton avenir. Ça aurait pu coûter bien davantage. Parce qu’en plus de tout ça, plus de 400€ de formations offertes vont t’être donnés chaque mois

 

D’ailleurs :

 

A propos des deux entrepreneurs dont je parlais tout à l’heure : ils avaient tous les deux exactement le même profil, la même intelligence, et les mêmes ambitions.

 

Alors qu’est-ce qui a bien pu rendre leurs vies si différentes l’une de l’autre ?

 

La réponse ?

 

L’information. Et surtout, la façon dont ils ont appliqué cette information dans leur propre business.

 

Ces 197€ sont un investissement dans ton propre succès.

 

Je ne vais pas te promettre la réussite dès la première semaine. Ce n’est pas le genre de la maison… Mais par contre, je peux te garantir une chose : les infos exclusives que tu vas trouver chaque jour sur le Canal Privé vont te bluffer. Elles vont te retourner le cerveau. Tu vas enfin connaître les dessous d’une activité comme la mienne et la suivre au jour le jour.

 

Et si tu appliques scrupuleusement les infos exclusives que tu vas découvrir tout de suite, alors tes résultats ne seront jamais plus les mêmes qu’avant.

 

Il suffit de cliquer ici pour commencer tout de suite.

 

Et en commençant aujourd’hui, tu as tout de suite accès à TOUT ce qui a déjà été posté sur le canal.

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

PS : Ce n’est PAS un abonnement mensuel.

 

Juste 197€ pour un Pass de 30 jours, avec la possibilité de commander les mois suivants a moitié-prix.

 

Le lien de commande directe est ici.

 

Je t’en avais parlé hier : la messagerie, c’est le format de l’avenir.

 

Du coup, j’ai monté un Canal Telegram Privé (c’est une appli de messagerie un peu comme Whatsapp).

 

Et dans ce mail, je voudrais juste te montrer à quoi ça ressemble exactement, ce Canal Privé…

 

Juste au cours des premiers jours, ceux qui sont déjà membres ont déjà eu accès aux infos suivantes :

 

(En rejoignant le canal, tu as accès à TOUT l’historique, et donc à toutes ces infos tout de suite)

 

👉 Ma stratégie pour augmenter mes ventes par blocs de 10 000$ HT (j’explique tout sur tableau blanc, en te montrant mes objectifs de vente précis, et la méthode des « paquets »)…

 

👉 La formule de persuasion « RETIENS-MOI », qui a fonctionné à chaque fois que je l’ai utilisée, malgré sa simplicité…

 

👉 Une formation complète offerte, à télécharger…

 

👉 Les statistiques de tout dernier lancement, avec la répartition des ventes exactes et la fréquence d’achat de la première heure après le mailing…

 

👉 Une astuce efficace pour vendre plus facilement des offres à plus de 100€ par mois

 

👉 Comment tester une offre et un prix : la méthode exacte que u’utilise à la maison, avec des captures d’écran de chacune des étapes (j’utilise un plugin wordpress pour ça)…

 

👉 Comment (et pourquoi) insérer un sondage au bas de tous ses mailings… et faire en sorte que ça ne soit pas compté dans le taux de clics de la campagne…

 

👉 Comment gérer un canal Telegram payant : les détails exacts qui font toute la différence…

 

👉 Le bilan de mes essais de mails quotidiens ou semi-quotidiens : ce qui marche et ce qui ne marche pas…

 

👉 Comment positionner les liens dans un mailing pour faire des ventes (c’est très différent d’un mailing pour faire des clics…)

 

👉 Une idée facile à recopier pour vendre un accès à un groupe de messagerie, SANS faire de page de vente ni de vidéo…

 

👉 Le nouveau système de vente de contenus qui peut remplacer les formations, expliqué sur tableau blanc (c’est plus simple, plus efficace et surtout beaucoup plus ludique que ce qu’on faisait avant)…

 

👉 Comment créer une page de vente énorme sans presque aucun effort

 

👉 L’outil pour vendre des accès à une messagerie privée (ça va cartonner à l’avenir : tu peux être l’un des premiers formateurs francophones à l’utiliser)…

 

Tout ça, ils l’ont reçu en l’espace de 2 jours seulement.

 

Imagine juste ce que tu vas pouvoir y apprendre sur une période de 30 jours !

 

(En rejoignant le canal, tu as accès à TOUT l’historique, et donc à toutes ces infos listées plus haut)

 

Et voici à quoi ça ressemble, concrètement (active les images sur ton appli de mails si tu ne vois pas) :

 

Tu as accès à TOUT ce qui a déjà été posté en nous rejoignant maintenant.

 

Si tu n’avais pas eu le temps de lire, je te copie le mail que je t’avais envoyé hier, qui explique comment faire :

 

Une page va se tourner sur le web. Parce que les formations, c’est fini.

 

Tu dois me prendre pour un fou en lisant ça : j’ai créé moi-même plus de 400 formations, et je conseillais à mon audience d’en créer aussi.

 

Le mieux, c’est que je te raconte tout depuis le début :

 

Il y a quelques semaines, Antoine Peytavin (un pote du web) a commencé une liste Whatsapp gratuite, pour essayer une nouvelle façon d’envoyer du contenu à ses fans.

 

Son idée, c’était de compléter (voire, à terme, de remplacer) la mailing-list traditionnelle par une messagerie.

 

Et ça a tellement bien marché (les gens adorent… et ça fait vraiment des ventes) qu’il en a fait une formation pour tout expliquer : Whatsapp Révolution.

 

Il n’était pas le seul à avoir vu cette tendance venir : dans la formation « Tout ce qui va marcher en 2019 » (sortie en 2018), j’avais prédit une grosse montée des messageries… et de nouveaux usages des chats pour la création de contenu.

 

Bref. Voici ce qui s’est passé :

 

Antoine lance sa liste Whatsapp gratuite. Il m’en parle, et je trouve l’idée géniale.

 

Et au lieu de faire la même chose que lui, je me dis que je pourrais utiliser Whatsapp différemment. Pour fournir du contenu payant équivalent à ce qu’on pourrait apprendre dans une formation… ou même bien plus fouillé que dans une formation.

 

Et pour tester, je lance une liste Whatsapp sur abonnement. Et je commence à y poster tout ce que je fais.

 

J’y montre les pages de capture exactes que je suis en train de tester, en montrant ce qui marche et ce qui marche moins, screenshots à l’appui.

 

J’y montre les sources d’inspiration que j’utilise pour mes argumentaires et mes titres (et comment être certain d’avoir une page de vente qui marche même quand on ne l’a jamais fait avant).

 

J’y montre des resources que personne ne connaît et que j’utilise tous les jours. Et qui permettent d’avoir un argumentaire de vente qui marche même sans rien y connaître, en l’espace de 60 minutes.

 

J’y donne aussi des conseils, des secrets…

 

Bref, je montre absolument TOUT ce que je fais et TOUT ce que je pense aux abonnés de ma liste Whatsapp pendant quelques jours, en postant des messages, des audios, des images…

 

Et en l’espace ces quelques jours, je prends tellement de plaisir à le faire et ça plait tellement aux gens (plusieurs m’ont dit que c’était juste FOU en terme d’infos par rapport à une formation…) que j’ai un grand déclic :

 

Je réalise alors que cette façon de vendre de l’info, c’est juste l’avenir.

 

Les gens adorent. En deux ou trois jours, ils ont déjà beaucoup plus d’astuces et de méthodes que dans une formation. Et ils n’ont pas l’impression de travailler : c’est comme si l’un de leurs potes leur envoyait des messages…

 

Et moi aussi, j’adore. C’est comme si j’étais avec toi toute la journée, et que tu pouvais voir tout ce que je faisais, et savoir pourquoi je le faisais.

 

C’est beaucoup moins chiant à faire qu’une formation. En fait, c’est juste un plaisir d’animer une liste comme celle-ci.

 

Et pour les gens, ça représente une valeur énorme, par rapport à une formation.

 

Quand j’ai compris que c’était l’avenir, il me restait quand même un problème :

 

Le problème, c’est que sur Whatsapp, tu dois tout faire à la main (ajouter et supprimer les clients, par exemple). C’est bien si tu as une liste gratuite, que tu utilises un peu comme une mailing-list à la manière de Whatsapp Révolution, mais pas si c’est une liste à accès payant.

 

Du coup, je commence à me demander : qui sont les gens qui font payer des contenus de type messagerie ?

 

Et là je pense à Telegram, utilisé par ceux qui vendent des « signaux » boursiers. Ils font payer par exemple 100€ par mois, et les gens reçoivent un message quand il faut acheter ou vendre une action.

 

Telegram, c’est une appli de messagerie exactement comme Whatsapp, qui a l’avantage d’être aussi dispo sur ordi et tablette.

 

Et Telegram a tout un système de gestion des abonnements. Tu peux vendre des Pass pour une durée définie, ou des abonnements. Et ça marche avec Stripe et Paypal. Et aussi avec des codes d’accès que tu peux intégrer sur une autre plateforme de paiement.

 

Bref, j’ai fait passer les clients de ma liste Whatsapp sur Telegram. On est encore en train d’essuyer les plâtres, mais le système est top.

 

Le plus top, c’est que tu peux y créer au choix :

 

Soit un canal, et les gens voient ce que tu postes mais ne peuvent pas répondre…

 

Soit un groupe, et là tout le monde peut participer…

 

Mais le plus important, ce n’est pas ça. C’est ça :

 

J’ai mis au point pour Telegram :

 

1- Un système pédagogique entier pour messageries :

 

Ça te permet de poster facilement des micro-contenus au long de la journée (textos, audios enregistrés « à l’arrache », photos ou captures d’écran…), en faisant en sorte que ces micro-contenus aient encore plus de valeur pour les gens qu’une formation.

 

Par exemple, voici les infos auxquelles ont eu accès mes abonnés en l’espace de plus ou moins 24 heures :

 

👉 Le bilan de mes essais de mails quotidiens ou semi-quotidiens : ce qui marche et ce qui ne marche pas…

 

👉 Comment positionner les liens dans un mailing pour faire des ventes (c’est très différent d’un mailing pour faire des clics…)

 

👉 Une idée facile à recopier pour vendre un accès à un groupe de messagerie, SANS faire de page de vente ni de vidéo…

 

👉 Le nouveau système de vente de contenus qui peut remplacer les formations, expliqué sur tableau blanc (c’est plus simple, plus efficace et surtout beaucoup plus ludique que ce qu’on faisait avant)…

 

👉 Comment créer une page de vente énorme sans presque aucun effort

 

👉 L’outil pour vendre des accès à une messagerie privée (ça va cartonner à l’avenir : tu peux être l’un des premiers formateurs francophones à l’utiliser)…

 

Ça c’est juste plus ou moins 24 heures de messages (mini-vidéos, audios et textes) auxquels ont eu accès mes abonnés.

 

Chaque jour, la liste s’allonge.

 

Et tu as accès à tout ce qui a été posté depuis le début !

 

Voici à quoi ça ressemble :

 

2- Un système de vente d’accès sans aucun argumentaire :

 

Plus besoin de page de vente ni de vidéo de vente.

 

Il te suffit de poster une chose exacte toutes les 48 heures sur Facebook, ou bien d’ajouter chaque semaine une suite précise de lignes dans un mailing.

 

Tu n’as rien d’autre à faire pour donner à ceux qui te suivent l’envie irrésistible d’acheter un accès à ta messagerie privée.

 

Il y a encore beaucoup de choses que je teste. Et que je vais continuer à tester pendant les semaines et mois à venir (et je montre tous mes résultats de tests au fur et à mesure sur le Canal Privé Telegram).

 

Ce qui est sûr, c’est que l’avenir est là :

 

Quand tu as goûté à la facilité de création sur une messagerie par rapport à devoir enregistrer toute une formation…

 

Quand tu as vu les réactions des clients, qui sont juste fous de joie d’avoir accès à tout ce que tu leur montres (et surtout, de pouvoir enfin apprendre facilement, sans même devoir suivre une formation)…

 

Quand tu n’as même plus besoin d’argumentaire ni de page de vente

 

Quand tout ton business peut enfin tenir sur ton téléphone

 

Alors tu as compris que tu ne peux plus faire marche arrière.

 

Si tu veux suivre l’aventure et apprendre tout ça juste en recevant mes messages bourrés d’infos : C’est sur mon Canal Telegram Privé.

 

Y compris le système pédagogique exact et à la méthode de vente que j’ai développée pour les messageries (que je vais dévoiler au fil de la semaine).

 

Mais ce n’est pas fini….

 

👉 En plus de tout ça, j’offre une formation complète, d’une valeur comprise entre 99 et 198€, aux membres de mon Canal Privé… Chaque lundi !

 

👉 Et tous les jours, je te montre exactement TOUT ce que je fais dans mon business, ce que je teste, ce qui marche et ce qui ne marche pas… et POURQUOI je prends telle décision plutôt qu’une autre…

 

👉 Je te donne des outils, des astuces que je ne peux pas montrer ailleurs… et les gens qui reçoivent ça hallucinent. Parce que jamais, je n’avais encore fait ça.

 

Bref. Rien qu’avec les formations offertes chaque lundi, tu as déjà dans les 400€ de matos chaque mois. Que tu n’as pas à payer : ça c’est cadeau.

 

L’accès au Canal Privé sur Telegram est dispo avec un système de Pass : à 197€ pour un mois.

 

Et en l’espace de ce mois, tu vas recevoir plus de 400€ de formations offertes, et surtout, tu vas pouvoir suivre chaque jour tout ce que je fais dans mon business avec des audios, des messages, des captures d’écran que je ne montre pas ailleurs….

 

Tu vas pouvoir recopier tout ce que je fais : imagine juste les résultats que tu vas avoir sur ce mois !

 

Clique pour commander ton Pass ici : seulement 20 places dispo aujourd’hui.

 

(Bonus : une formation offerte chaque lundi, soit à peu près 400€ offerts chaque mois. Il y a déjà la première formation prête à télécharger qui t’attend de l’autre côté… puis une autre chaque lundi).

 

Ce n’est pas garanti que cette offre reste dispo à l’avenir.

 

A la fin de ton mois, libre à toi de continuer ou pas.

 

Mais tu peux juste prendre ce que tu as appris ce premier mois et l’appliquer : il te faudra déjà peut être plus d’un an pour le faire tellement tu vas apprendre de choses !

 

Un conseil : garde précieusement tout ce que je vais t’envoyer pendant ce mois, ainsi que les formations que je vais t’offrir chaque lundi. Parce que ce que tu vas apprendre en un mois, ça risque bien de t’aider pendant toute ta carrière

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

PS : Il n’y a pas deux endroits pour apprendre le système que je mets au point autour de Telegram. C’est seulement sur le Canal Privé. Tu vas pouvoir tout suivre au fur et à mesure. Et le nombre d’infos que tu reçois sur ce canal en deux à trois jours est au moins équivalent à une formation complète en terme de résultats possibles. Et tu as juste à regarder des messages sur une messagerie… Tu n’as même plus l’impression de bosser !

 

PPS : Dans quelques semaines à quelques mois, beaucoup de gens vont commencer à copier ce système. Ça va remplacer à terme les formations : tu le verras.

 

Tu peux encore être parmi les premiers, en voyant tout de suite de l’intérieur comment ça marche exactement, et en y ayant accès à toutes les méthodes au fil des prochains jours: prends ton Pass ici (20 places seulement dispo aujourd’hui)

 

PPS : Tu as aussi accès à ce qui a déjà été posté sur le canal :

 

👉 Le bilan de mes essais de mails quotidiens ou semi-quotidiens : ce qui marche et ce qui ne marche pas…

 

👉 Comment positionner les liens dans un mailing pour faire des ventes (c’est très différent d’un mailing pour faire des clics…)

 

👉 Une idée facile à recopier pour vendre un accès à un groupe de messagerie, SANS faire de page de vente ni de vidéo…

 

👉 Le nouveau système de vente de contenus qui peut remplacer les formations, expliqué sur tableau blanc (c’est plus simple, plus efficace et surtout beaucoup plus ludique que ce qu’on faisait avant)…

 

👉 Comment créer une page de vente énorme sans presque aucun effort

 

👉 L’outil pour vendre des accès à une messagerie privée (ça va cartonner à l’avenir : tu peux être l’un des premiers formateurs francophones à l’utiliser)…

 

Ça c’est juste plus ou moins 24 heures de messages (mini-vidéos, audios et textes) auxquels ont eu accès mes abonnés.

 

Chaque jour, la liste s’allonge.

 

Clique pour commander ton Pass ici : que 20 places dispo aujourd’hui.

 

(Bonus : une formation offerte chaque lundi, soit à peu près 400€ offerts chaque mois. Il y a déjà la première formation prête à télécharger qui t’attend de l’autre côté… puis une autre chaque lundi.)

 

Une page va se tourner sur le web. Parce que les formations, c’est fini.

 

Tu dois me prendre pour un fou en lisant ça : j’ai créé moi-même plus de 400 formations, et je conseillais à mon audience d’en créer aussi.

 

Le mieux, c’est que je te raconte tout depuis le début :

 

Il y a quelques semaines, Antoine Peytavin (un pote du web) a commencé une liste Whatsapp gratuite, pour essayer une nouvelle façon d’envoyer du contenu à ses fans.

 

Son idée, c’était de compléter (voire, à terme, de remplacer) la mailing-list traditionnelle par une messagerie.

 

Et ça a tellement bien marché (les gens adorent… et ça fait vraiment des ventes) qu’il en a fait une formation pour tout expliquer : Whatsapp Révolution.

 

Il n’était pas le seul à avoir vu cette tendance venir : dans la formation « Tout ce qui va marcher en 2019 » (sortie en 2018), j’avais prédit une grosse montée des messageries… et de nouveaux usages des chats pour la création de contenu.

 

Bref. Voici ce qui s’est passé :

 

Antoine lance sa liste Whatsapp gratuite. Il m’en parle, et je trouve l’idée géniale.

 

Et au lieu de faire la même chose que lui, je me dis que je pourrais utiliser Whatsapp différemment. Pour fournir du contenu payant équivalent à ce qu’on pourrait apprendre dans une formation… ou même bien plus fouillé que dans une formation.

 

Et pour tester, je lance une liste Whatsapp sur abonnement. Et je commence à y poster tout ce que je fais.

 

J’y montre les pages de capture exactes que je suis en train de tester, en montrant ce qui marche et ce qui marche moins, screenshots à l’appui.

 

J’y montre les sources d’inspiration que j’utilise pour mes argumentaires et mes titres (et comment être certain d’avoir une page de vente qui marche même quand on ne l’a jamais fait avant).

 

J’y montre des resources que personne ne connaît et que j’utilise tous les jours. Et qui permettent d’avoir un argumentaire de vente qui marche même sans rien y connaître, en l’espace de 60 minutes.

 

J’y donne aussi des conseils, des secrets…

 

Bref, je montre absolument TOUT ce que je fais et TOUT ce que je pense aux abonnés de ma liste Whatsapp pendant quelques jours, en postant des messages, des audios, des images…

 

Et en l’espace ces quelques jours, je prends tellement de plaisir à le faire et ça plait tellement aux gens (plusieurs m’ont dit que c’était juste FOU en terme d’infos par rapport à une formation…) que j’ai un grand déclic :

 

Je réalise alors que cette façon de vendre de l’info, c’est juste l’avenir.

 

Les gens adorent. En deux ou trois jours, ils ont déjà beaucoup plus d’astuces et de méthodes que dans une formation. Et ils n’ont pas l’impression de travailler : c’est comme si l’un de leurs potes leur envoyait des messages…

 

Et moi aussi, j’adore. C’est comme si j’étais avec toi toute la journée, et que tu pouvais voir tout ce que je faisais, et savoir pourquoi je le faisais.

 

C’est beaucoup moins chiant à faire qu’une formation. En fait, c’est juste un plaisir d’animer une liste comme celle-ci.

 

Et pour les gens, ça représente une valeur énorme, par rapport à une formation.

 

Quand j’ai compris que c’était l’avenir, il me restait quand même un problème :

 

Le problème, c’est que sur Whatsapp, tu dois tout faire à la main (ajouter et supprimer les clients, par exemple). C’est bien si tu as une liste gratuite, que tu utilises un peu comme une mailing-list à la manière de Whatsapp Révolution, mais pas si c’est une liste à accès payant.

 

Du coup, je commence à me demander : qui sont les gens qui font payer des contenus de type messagerie ?

 

Et là je pense à Telegram, utilisé par ceux qui vendent des « signaux » boursiers. Ils font payer par exemple 100€ par mois, et les gens reçoivent un message quand il faut acheter ou vendre une action.

 

Telegram, c’est une appli de messagerie exactement comme Whatsapp, qui a l’avantage d’être aussi dispo sur ordi et tablette.

 

Et Telegram a tout un système de gestion des abonnements. Tu peux vendre des Pass pour une durée définie, ou des abonnements. Et ça marche avec Stripe et Paypal. Et aussi avec des codes d’accès que tu peux intégrer sur une autre plateforme de paiement.

 

Bref, j’ai fait passer les clients de ma liste Whatsapp sur Telegram. On est encore en train d’essuyer les plâtres, mais le système est top.

 

Le plus top, c’est que tu peux y créer au choix :

 

Soit un canal, et les gens voient ce que tu postes mais ne peuvent pas répondre…

 

Soit un groupe, et là tout le monde peut participer…

 

Mais le plus important, ce n’est pas ça. C’est ça :

 

J’ai mis au point pour Telegram :

 

1- Un système pédagogique entier pour messageries :

 

Ça te permet de poster facilement des micro-contenus au long de la journée (textos, audios enregistrés « à l’arrache », photos ou captures d’écran…), en faisant en sorte que ces micro-contenus aient encore plus de valeur pour les gens qu’une formation.

 

Par exemple, voici les infos auxquelles ont eu accès mes abonnés en l’espace de plus ou moins 24 heures :

 

👉 Le bilan de mes essais de mails quotidiens ou semi-quotidiens : ce qui marche et ce qui ne marche pas…

 

👉 Comment positionner les liens dans un mailing pour faire des ventes (c’est très différent d’un mailing pour faire des clics…)

 

👉 Une idée facile à recopier pour vendre un accès à un groupe de messagerie, SANS faire de page de vente ni de vidéo…

 

👉 Le nouveau système de vente de contenus qui peut remplacer les formations, expliqué sur tableau blanc (c’est plus simple, plus efficace et surtout beaucoup plus ludique que ce qu’on faisait avant)…

 

👉 Comment créer une page de vente énorme sans presque aucun effort

 

👉 L’outil pour vendre des accès à une messagerie privée (ça va cartonner à l’avenir : tu peux être l’un des premiers formateurs francophones à l’utiliser)…

 

Ça c’est juste plus ou moins 24 heures de messages (mini-vidéos, audios et textes) auxquels ont eu accès mes abonnés.

 

Chaque jour, la liste s’allonge.

 

Et tu as accès à tout ce qui a été posté depuis le début !

 

Voici à quoi ça ressemble :

 

2- Un système de vente d’accès sans aucun argumentaire :

 

Plus besoin de page de vente ni de vidéo de vente.

 

Il te suffit de poster une chose exacte toutes les 48 heures sur Facebook, ou bien d’ajouter chaque semaine une suite précise de lignes dans un mailing.

 

Tu n’as rien d’autre à faire pour donner à ceux qui te suivent l’envie irrésistible d’acheter un accès à ta messagerie privée.

 

Il y a encore beaucoup de choses que je teste. Et que je vais continuer à tester pendant les semaines et mois à venir (et je montre tous mes résultats de tests au fur et à mesure sur le Canal Privé Telegram).

 

Ce qui est sûr, c’est que l’avenir est là :

 

Quand tu as goûté à la facilité de création sur une messagerie par rapport à devoir enregistrer toute une formation…

 

Quand tu as vu les réactions des clients, qui sont juste fous de joie d’avoir accès à tout ce que tu leur montres (et surtout, de pouvoir enfin apprendre facilement, sans même devoir suivre une formation)…

 

Quand tu n’as même plus besoin d’argumentaire ni de page de vente

 

Quand tout ton business peut enfin tenir sur ton téléphone

 

Alors tu as compris que tu ne peux plus faire marche arrière.

 

Si tu veux suivre l’aventure et apprendre tout ça juste en recevant mes messages bourrés d’infos : C’est sur mon Canal Telegram Privé.

 

Y compris le système pédagogique exact et à la méthode de vente que j’ai développée pour les messageries (que je vais dévoiler au fil de la semaine).

 

Mais ce n’est pas fini….

 

👉 En plus de tout ça, j’offre une formation complète, d’une valeur comprise entre 99 et 198€, aux membres de mon Canal Privé… Chaque lundi !

 

👉 Et tous les jours, je te montre exactement TOUT ce que je fais dans mon business, ce que je teste, ce qui marche et ce qui ne marche pas… et POURQUOI je prends telle décision plutôt qu’une autre…

 

👉 Je te donne des outils, des astuces que je ne peux pas montrer ailleurs… et les gens qui reçoivent ça hallucinent. Parce que jamais, je n’avais encore fait ça.

 

Bref. Rien qu’avec les formations offertes chaque lundi, tu as déjà dans les 400€ de matos chaque mois. Que tu n’as pas à payer : ça c’est cadeau.

 

L’accès au Canal Privé sur Telegram est dispo avec un système de Pass : à 197€ pour un mois.

 

Et en l’espace de ce mois, tu vas recevoir plus de 400€ de formations offertes, et surtout, tu vas pouvoir suivre chaque jour tout ce que je fais dans mon business avec des audios, des messages, des captures d’écran que je ne montre pas ailleurs….

 

Tu vas pouvoir recopier tout ce que je fais : imagine juste les résultats que tu vas avoir sur ce mois !

 

Clique pour commander ton Pass ici : seulement 20 places dispo aujourd’hui.

 

(Bonus : une formation offerte chaque lundi, soit à peu près 400€ offerts chaque mois. Il y a déjà la première formation prête à télécharger qui t’attend de l’autre côté… puis une autre chaque lundi).

 

Ce n’est pas garanti que cette offre reste dispo à l’avenir.

 

A la fin de ton mois, libre à toi de continuer ou pas.

 

Mais tu peux juste prendre ce que tu as appris ce premier mois et l’appliquer : il te faudra déjà peut être plus d’un an pour le faire tellement tu vas apprendre de choses !

 

Un conseil : garde précieusement tout ce que je vais t’envoyer pendant ce mois, ainsi que les formations que je vais t’offrir chaque lundi. Parce que ce que tu vas apprendre en un mois, ça risque bien de t’aider pendant toute ta carrière

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

PS : Il n’y a pas deux endroits pour apprendre le système que je mets au point autour de Telegram. C’est seulement sur le Canal Privé. Tu vas pouvoir tout suivre au fur et à mesure. Et le nombre d’infos que tu reçois sur ce canal en deux à trois jours est au moins équivalent à une formation complète en terme de résultats possibles. Et tu as juste à regarder des messages sur une messagerie… Tu n’as même plus l’impression de bosser !

 

PPS : Dans quelques semaines à quelques mois, beaucoup de gens vont commencer à copier ce système. Ça va remplacer à terme les formations : tu le verras.

 

Tu peux encore être parmi les premiers, en voyant tout de suite de l’intérieur comment ça marche exactement, et en y ayant accès à toutes les méthodes au fil des prochains jours: prends ton Pass ici (20 places seulement dispo aujourd’hui)

 

PPS : Tu as aussi accès à ce qui a déjà été posté sur le canal :

 

👉 Le bilan de mes essais de mails quotidiens ou semi-quotidiens : ce qui marche et ce qui ne marche pas…

 

👉 Comment positionner les liens dans un mailing pour faire des ventes (c’est très différent d’un mailing pour faire des clics…)

 

👉 Une idée facile à recopier pour vendre un accès à un groupe de messagerie, SANS faire de page de vente ni de vidéo…

 

👉 Le nouveau système de vente de contenus qui peut remplacer les formations, expliqué sur tableau blanc (c’est plus simple, plus efficace et surtout beaucoup plus ludique que ce qu’on faisait avant)…

 

👉 Comment créer une page de vente énorme sans presque aucun effort

 

👉 L’outil pour vendre des accès à une messagerie privée (ça va cartonner à l’avenir : tu peux être l’un des premiers formateurs francophones à l’utiliser)…

 

Ça c’est juste plus ou moins 24 heures de messages (mini-vidéos, audios et textes) auxquels ont eu accès mes abonnés.

 

Chaque jour, la liste s’allonge.

 

Clique pour commander ton Pass ici : que 20 places dispo aujourd’hui.

 

(Bonus : une formation offerte chaque lundi, soit à peu près 400€ offerts chaque mois. Il y a déjà la première formation prête à télécharger qui t’attend de l’autre côté… puis une autre chaque lundi.)

 

Tu es à deux doigts de découvrir des secrets que la plupart des entrepreneurs ne connaîtront jamais :

 
Dans mes e-mails quotidiens, tu vas apprendre :
 
👉 Les méthodes exactes qui sont derrière le succès des grands noms du web (depuis presque 10 ans, ces méthodes viennent souvent des stratégies que je développe)…
 
👉 Les techniques précises pour « forcer » les gens à t’envoyer des paiements (par exemple, la structure exacte en 13 étapes qui permet à n’importe qui de faire des ventes ; c’est simple comme bonjour et ça cartonne)…
 
👉 Les astuces machiavéliques qui transforment un bête email ou une bête vidéo en machine à vendre (par exemple, « l’effet tango » qui peut rendre crédible n’importe quelle promesse… juste en ajoutant une bête phrase)…
 
👉 Des systèmes de business entiers « à recopier », qui ont fait leurs preuves et qui sont faciles à reproduire (par exemple, un système intégral qui ne demande qu’à créer 2 vidéos par semaine, ou même 10 mails par mois. Ou encore, un modèle business entier juste avec un smartphone et une appli bien précise que tout le monde peut télécharger)…
 
👉 Des centaines et des centaines d’autres techniques, méthodes et stratégies que la plupart des entrepreneurs ne connaîtront jamais…
 

Ces e-mails sont dangereux :

 
Certaines des méthodes confidentielles que je dévoile dans mon e-mail quotidien peuvent représenter un réel danger si elles tombent dans de mauvaises mains.
 
Sans ton accord, tu ne pourras rien recevoir :
 
Je m’engage à n’utiliser ces méthodes qu’à des fins ÉTHIQUES et LÉGALES.
 
Je m’engage à les garder pour moi lorsqu’elles représentent un danger.
 
Ton adresse e-mail pour tout recevoir :


Les emails sont 100% gratuits. Tu peux te désinscrire à tout moment.  
Lire la politique de confidentialité



 
Je vais t’envoyer un e-mail chaque jour (parfois moins).
Tu peux te désinscrire à tout moment en cliquant sur lien qui figure en bas de chaque message.
 

Franchement, l’Europe ça donne la pêche pour bosser.

 

Quand j’étais sous les cocotiers avec mes tongues, j’étais plus en mode hamac qu’autre chose.

 

Là je suis chaud. J’ai repris goût à essayer de battre des records. Et je me remets à prendre plaisir au jeu qui consiste à se dépasser pour voir combien on pourrait encaisser de sousous dans la popoche si on inventait encore des systèmes de fou.

 

Bref. Je m’amuse.

 

Le souci c’est que la banque va encore me prendre pour un gars qui vend des ogives nucléaires à tonton Kim, ou pour un mec qui trafique des organes sur le dark net.

 

C’est pas toujours facile à expliquer à ces gens là, quand tu es tout seul ou presque à bosser et qu’il y a plein de zéros sur le truc.

 

Donc on va s’amuser un peu : c’est reparti pour un tour de manège. Et pour découvrir ou inventer encore beaucoup plus de choses.

 

Dès que j’ai atteint le palier que j’ai en tête, je prends ma deuxième retraite. Et je renfile mes tongues.

 

Promis.

 

D’ailleurs, Tu sais pourquoi il y a tellement de gens qui ont du mal à réussir ?

 

C’est pareil qu’à l’école.

 

Tu as ta première bonne note. Du coup tu crois que tu es bon, que c’est facile, et que tous les autres sont des nazes. Et tu continues à réussir.

 

En business, c’est la même chose.

 

Tu as ton premier succès. Du coup tu crois que tu es bon, que c’est facile, et que tous les autres sont des nazes. Et tu continues à réussir.

 

Mais tant que tu n’auras pas ta première bonne note ni ton premier succès, tu ne t’en croiras pas capable.

 

Peu importe ce que te disent les autres, peu importe le nombre de vidéos de motivation que tu regardes sur YouTube…

 

Tant que tu ne te seras pas prouvé à toi même, et par toi même, avec un premier succès réel et tangible que tu en es capable, tout semblera plus difficile.

 

C’est pour ça que tu penses que c’est dur.

 

C’est pour ça que tu ne crois qu’à moitié que tu en es capable.

 

Parce que tu ne t’es encore jamais vu en train d’y arriver.

 

C’est dur de croire en quelque chose qu’on n’a jamais vu. Surtout si ça te concerne toi.

 

Mais il te suffit d’un seul petit succès. Un lancement de produit qui marche. Une campagne qui cartonne. Une idée.

 

Et tu n’en es probablement pas loin.

 

Tu ne vas pas devenir Bill Gates avant le week-end prochain. Mais peut être que dans les trois mois à venir, si tu continues d’essayer, alors tu vivras la grande démo :

 

Celle qui va enfin te prouver à toi même, en réel live, que tu en es capable.

 

Si tu doutes de toi même, tu devrais te limiter à travailler pour déclencher ce premier succès ou cette première bonne note.

 

Abandonne tout le reste. Et mets tous tes efforts à trouver l’idée qui va te permettre de te vendre à toi même, avec une démo irréfutable, l’idée selon laquelle tu es capable d’avoir ce que tu veux.

 

Et le reste, ça viendra tout seul juste après.

 

Ça me fait penser à ça :

 

On a tous un pote de qui c’est jamais la faute.

 

Il est en retard ? C’est pas de sa faute, il y avait du trafic.

 

Il a oublié de ramener un truc que tu lui avais demandé ? C’est pas de sa faute, sa tante était malade.

 

Il a pas de thunes ? C’est pas de sa faute, personne ne veut l’embaucher.

 

Il a perdu ses clefs ? C’est pas de sa faute, il a une mauvaise mémoire.

 

Je sais pas si t’en es rendu compte, mais 90% des emmerdes arrivent à 10% des gens.

 

Tu prends tous les gens que tu connais. Tu prends toutes les emmerdes qui leur arrivent. Et tu attribues chacune des emmerdes à la personne à qui elle est arrivée.

 

Tu verras, je te le garantis : tu vas constater que 90% des emmerdes arrivent à 10% des gens.

 

Soit le mec ou la nana n’a vraiment pas de chance, et la malédiction des dieux s’est réellement abattue sur sa tête à tout jamais…

 

Soit… vu qu’il s’attend à ce que rien ne marche, alors rien ne marche et tout part en sucette.

 

C’est pareil en business.

 

Les gens qui testent tout, et pour qui pourtant rien ne marche jamais, ce sont souvent les mêmes.

 

A un moment, si tu t’habitues à ce que ça ne marche pas, si tu l’acceptes comme une partie de la vie, si l’échec devient ta normalité et ton standard…

 

Alors rien ne va jamais marcher.

 

Et ton business va se mettre à ressembler étrangement à la vie de cette personne que tu connais (on en connaît tous une comme ça), pour qui rien ne fonctionne jamais.

 

Bref. Il faut y croire, pour que ça marche.

 

Si tu as besoin de te faire aider et accompagner pendant 3 mois par mon équipe, tu peux lire ma lettre aux entrepreneurs qui ont besoin d’aide

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel.

 

PS : Tu savais que tu peux m’espionner sur ton téléphone ?

 

C’est Jean, et tu vas tout savoir de ce qui se passe dans ma tête. Pourquoi je prends telle décision plutôt qu’une autre. Les tests exacts que je fais qui cartonnent, et ceux qui ne marchent pas.

 

Je vais te montrer et t’expliquer, tout au long de chaque semaine, à peu près tout ce que je fais dans mon activité.

 

Tu sauras avant tout le monde ce que je fais et ce que je teste. Ce que réussis, et ce que j’échoue lamentablement.

 

L’objectif c’est que toi, tu n’aies pas à le tester et que tu saches directement ce qui marche et ce qui ne marche pas.

 

Et je vais faire tout ça sur WhatsApp. Avec toi. En privé, entre nous.

 

Je n’ai JAMAIS fait ça par le passé. Et ça change aujourd’hui, pour quelques personnes dont tu peux encore faire partie.

 

Il y a encore autre chose…

 

Je voudrais aussi t’envoyer régulièrement, toujours sur WhatsApp :

 

Le meilleur des vlogs et des vidéos que j’avais crée au long des années, et qui sont maintenant retirées du web a tout jamais…

 

Des vidéos et des audios que je sélectionne moi même dans mes archives perso (il y a du lourd, aussi bien en termes de gros dossiers que de techniques marketing…)

 

Les photos et des vidéos de mon quotidien que je ne peux pas poster sur Instagram ni Facebook (parfois c’est contre les conditions d’utilisation… et parfois je préfère juste garder ça juste pour quelques personnes parce que c’est trop personnel)…

 

Mais surtout : toutes les idées qui me passent par la tête au fil de la semaine : des liens, des outils, des pensées… et l’envers du décor de mon travail et de mes lancements…

 

Je voulais créer une liste WhatsApp pour que tu puisses recevoir tout ça personnellement au fil des semaines…

 

Et je pensais proposer ça pour 197€ par mois, seulement à mes meilleurs fans.

 

Et puis je me suis souvenu de ma vieille devise : « une proposition qui ne coûte rien à personne, c’est une proposition qui plait à tout le monde. »

 

C’est pour ça que j’ai décidé de t’envoyer aussi sur WhatsApp, en plus de tout ça… des formations que je t’offre.

 

Non pas une formation par mois, non pas deux, mais carrément quatre !

 

Soit une formation complète par semaine offerte, que je vais t’envoyer personnellement sur WhatsApp, avec tout le reste.

 

Ce qui représente une valeur de pas loin de 400€ par mois ou plus – rien que pour ces formations (chacune des formations que je vais t’envoyer a été vendue séparément à l’unité entre 99,00€ et 197,00€).

 

Ça veut dire que… les 197€ de l’abonnement à mon WhatsApp privé ne te coûtent rien.

 

C’est même encore mieux que ça : tu te retrouves avec une formation complète par semaine sans l’avoir payée.

 

Et ces formations sont aujourd’hui introuvables ! (les gens se les arrachent même parfois sur le marché noir et le dark web).

 

Imagine les résultats que tu vas pouvoir avoir avec ça !

 

ATTENTION : c’est juste pour mes meilleurs fans. Pas de touristes ni de glands.

 

Je résume tout ce que je vais t’envoyer sur WhatsApp :

 

Je vais te montrer et t’expliquer, tout au long de chaque semaine, à peu près tout ce que je fais dans mon activité.

 

Tu sauras avant tout le monde ce que je fais et ce que je teste. Tout ce que réussis, et les tests que j’échoue lamentablement (ça t’évite de tester ça par toi-même : tu sais tout de suite ce qui marche).

 

Le meilleur des vlogs et des vidéos que j’avais crée au long des années, et qui sont maintenant retirées du web a tout jamais…

 

Des vidéos et des audios que je sélectionne moi même dans mes archives perso (il y a du lourd, aussi bien en termes de gros dossiers que de techniques marketing…)

 

Les photos et des vidéos de mon quotidien que je ne peux pas poster ailleurs…

 

Toutes les idées qui me passent par la tête au fil de chaque semaine : des liens, des outils, des pensées… et l’envers du décor de mon travail et de mes lancements…

 

Et encore en plus… : une formation complète offerte chaque semaine, que je tire de mes archives perso !

 

Par contre je ne pourrai pas répondre à tous les messages que tu m’envoies.

 

C’est pour ça que j’ai demandé à mon assistant de mettre la liste WhatsApp sur son numéro perso, plutôt que le mien.

 

Tu vas donc avoir tout suite son numéro à ajouter à tes contacts WhatsApp, pour commencer à recevoir tout ça des cette semaine, et puis chaque semaine qui suit…

 

Les places sont limitées (les listes WhatsApp ont un nombre maximal de participants, je n’y peux rien).

 

Du coup, si c’est quelque chose que tu voudrais avoir plutôt que quelqu’un d’autre en profite à ta place, c’est ici :

 

Commencer l’abonnement

 

(Tu peux l’interrompre à tout moment avec un bête clic sur un lien).

 

Juste derrière, tu vas recevoir un email avec les instructions pour entrer sur la liste. Et tant que ton abonnement reste actif, tu vas recevoir mes messages perso avec tout dedans…

 

A tout de suite,

 

Jean Rivière,

 

Marketing Naturel

 

PS : WhatsApp limite strictement le nombre de personnes qui peuvent participer à une liste. Du coup, il sera impossible techniquement d’accepter plus de personnes dès qu’on aura fait le plein. Je ne peux absolument pas garantir que tu puisses encore profiter de ça plus tard : c’est ici pour commencer maintenant.

 

PPS : Si tu te poses souvent des questions quand tu vois mes contenus… des questions du genre : « Pourquoi a t-il fait ça comme il l’a fait ? » ou « Quelle est vraiment la réflexion derrière tel élément ou tel contenu ? »… alors tu es au bon endroit. Parce qu’il n’y a que sur la liste WhatsApp que je vais tout t’expliquer en temps réel.

 

Voici comment accéder à 85% de mes meilleures méthodes :

 
👉 Tu vas pouvoir recopier les méthodes exactes pour convaincre les gens de t’envoyer de l’argent en écrivant un bête texte ou en filmant une simple vidéo
 
👉 Tu vas découvrir comment j’ai permis à tous ces grands noms du web de passer de débutants inconnus à acteurs majeurs de leur thématique
 
👉 Inclus : des plans à recopier, des schémas de vente tout faits, des astuces dont personne n’ose parler, des chiffres pour savoir à quoi t’attendre (enfin…), des mécanismes machiavéliques, des astuces inconnues et des hacks surprenants, à recopier chez toi
 
 

Mes meilleures méthodes sont réservées aux membres de mes contacts privés :

 
Ça coûte 270€, mais tu n’as rien à payer si tu t’inscris tout de suite en 1 clic :


Les emails sont 100% gratuits. Tu peux te désinscrire à tout moment.  
Lire la politique de confidentialité



Tu vas recevoir plusieurs e-mails par semaine, dans lesquels je vais te parler de 85% de mes meilleures méthodes.
 
Rien à payer si tu t’inscris maintenant.
 

J’arrête tout

 
Je t’explique.
 
Ce qui suit, c’est pour les pros, ou les gens sérieux qui veulent le devenir rapidement.
 
Ça fait 15 ans que je gagne ma vie sur le web. J’ai créé plus de 400 formations. Plus de 1200 argumentaires de vente.
 
Les méthodes que j’ai inventées pour créer des produits et pour vendre, tu le sais, elles sont derrière le succès d’une bonne partie de ceux que tu suis aujourd’hui sur le web.
 
Aujourd’hui, je laisse la place aux jeunes.
Et j’arrête tout.
 
J’ai retiré tout mon travail de ce site.
Des années d’articles, de vidéos et de podcasts.
Qui ne seront plus jamais disponibles.
 
La seule chose que je continue à faire, parce que ça me démange, c’est d’écrire un mail de temps en temps à mes contacts privés.
 
Et dans ces mails privés, je m’éclate.
Je peux enfin parler de toutes les astuces et les méthodes qui n’étaient pas assez « propres » pour les gens normaux.
Trop choquantes pour les débutants.
Ou trop hardcore pour être diffusées publiquement.
 
Et ces mails privés que j’envoie, c’est aujourd’hui la SEULE façon qui reste pour pouvoir avoir les mêmes résultats que ceux qui suivaient mon travail à l’époque.
 
Et c’est encore possible de s’inscrire, jusqu’à ce que je change d’avis et que je ferme cette page (si tu me connais, tu le sais, je change SOUVENT d’avis…)
 
Deux options pour faire partie de mes contacts :
 

OPTION 1 :

 
Un paiement de 270€ en cliquant ici.
 

OPTION 2 :

 
Rien à payer, juste ce bête formulaire à remplir en 1 clic :


Les emails sont 100% gratuits. Tu peux te désinscrire à tout moment.  
Lire la politique de confidentialité



Que tu payes ou pas, tu reçois la même chose.
 
Pourquoi je propose ces deux options ?
Juste parce que j’ai envie de le faire.
 
On se retrouve derrière, avec exactement les mêmes e-mails, que tu aies payé ou pas.
 
Mais l’option gratuite ne restera pas longtemps en place si trop de monde en profite.
Dans mes contacts, je ne veux pas de touristes. Je veux des gens sérieux.

 
Et parfois, juste demander un paiement, ça limite le nombre de gens qui n’ont rien à faire là.
 
A tout de suite de l’autre côté.
Tu vas recevoir un à trois mails par semaine, parfois plus, parfois moins.
Tu peux te désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de chaque email (si tu payes : pas de remboursement possible).

Cet homme est fou.

 
Il s’appelle Jean Rivière.
Ça fait 15 ans qu’il vit du web.
Il a lancé plus de 400 formations. Il a créé plus de 1300 argumentaires de vente.
 
C’est lui qui est derrière le succès de la plupart des gens que tu suis sur le web aujourd’hui.
 
Il a inventé des façons de faire des ventes et de créer des produits qui sont maintenant utilisées par une bonne partie de ceux qui ont réussi sur le web francophone.
 
Et aujourd’hui, il ne fait (presque) plus rien.
Il a retiré toutes ses formations de la vente parce qu’il n’a plus besoin de clients.
 
La seule chose qu’il fait encore, c’est d’écrire des mails à ses contacts, quelques fois par semaine, quand il en a le temps et l’envie.
 
Et dans ces mails privés, il lâche du lourd, parce qu’il n’en n’a plus rien à taper.
 
Faire partie des contacts privés de Jean Rivière, c’est aujourd’hui la SEULE façon qui reste pour avoir accès à ses méthodes et pouvoir prétendre aux mêmes résultats que les autres.
 
Il est encore possible de s’inscrire en indiquant juste un email :

 


Les emails sont 100% gratuits. Tu peux te désinscrire à tout moment.  
Lire la politique de confidentialité



Il n’y a aucune garantie que les inscriptions restent ouvertes à l’avenir.
C’est maintenant ou jamais (le mec est un lunatique et change souvent d’avis).
 
Jean envoie un à trois e-mails chaque semaine. Parfois plus, parfois moins. Un lien qui permet de se désinscrire figure en bas de chacun des mails.

As-tu déjà une activité sur le web qui tourne, ou bien un projet concret dans lequel tu t’es déjà beaucoup investi ?
 

 
 

Es-tu prêt à investir 1500€ dans ton activité ?
 

 
 

Si ton profil est sélectionné, es-tu prêt à commencer l’accompagnement dans les 7 prochains jours ?
 

 
 


 

 

Bon. Ça fait des années qu’on me le demande. Des années que je reçois des mails qui me supplient de le faire. Presque 10 ans durant lesquels ça a toujours été la demande numéro 1 de mes clients.
 
Et aujourd’hui, je l’ai fait.
 
Après 15 années d’entrepreneuriat sur le web, plus de 400 formations marketing que j’ai crée et lancées, le temps était venu de donner à mes clients ce qu’ils voulaient le plus.
 
Et ce qu’ils voulaient le plus, c’est un accompagnement personnalisé.
 
Que quelqu’un passe du temps avec eux chaque semaine. Réponde à leurs questions. Leur prépare des stratégies taillées sur mesure. Les aide à atteindre leurs objectifs de revenus, palier après palier.
 
Mais il y avait un souci. Un énorme souci.
Un souci qui m’avait empêché pendant toutes ces années de proposer ce genre d’accompagnement.
 
Essaye juste de te mettre dans ma tête pendant deux minutes.
 
Imagine que tu aies la capacité de créer une formation complète, et que tu puisses la vendre à une centaine de clients pour 99€ l’unité.
 
Imagine que tu puisses créer cette formation et les contenus qui donnent envie de l’acheter en l’espace d’une matinée. Parce que tu as passé des années à optimiser tes systèmes, tes templates et tes plans.
 
En une matinée de travail, calcule ce que tu peux gagner si 100 clients achètent cette formation à 99€.
 
Maintenant, imagine-toi que tu veuilles proposer de l’accompagnement.

 
Il aurait fallu demander pas loin de 10 000€ par matinée, soit 2 500 à 3 500€ par HEURE d’accompagnement, pour ne pas que ça me coute de l’argent !!!!
 
Ça voudrait dire qu’il aurait fallu demander jusqu’à…
La somme faramineuse de 15 000€ par mois pour une simple HEURE d’accompagnement par semaine…
 
Même si beaucoup auraient payé ce prix, on me l’aurait reproché. On aurait pensé que je tirais parti des gens qui me font confiance et qui me suivent.
 
Et surtout, ça m’aurait dérangé personnellement. Parce que ceux qui ont le plus besoin d’accompagnement ne sont pas ceux qui peuvent dépenser 15 000€ par mois comme ça…
 
C’est la raison pour laquelle pendant toutes ces années (presque 10 ans à faire de la formation marketing), je ne proposais rien.
 
Et puis un jour, il y a à peine quelques semaines, un ami est venu me voir. C’est un spécialiste du coaching, avec autant d’expérience en accompagnement que j’en ai en création de formations.
 
Sa spécialité, ce qu’il fait de mieux, c’est d’aider les gens.
 
Il a le caractère pour ça. Il a les méthodes pour ça. Il a l’expérience pour ça.
 
Et franchement, il fait ça beaucoup mieux que moi, d’aider les gens.
 
Parce qu’il faut une personnalité et un caractère bien particuliers pour aider les gens de façon efficace.
 
Comme un coach sportif qui n’hésite pas à te dire quand tu fais les choses de la mauvaise façon. Qui sait habillement et gentiment te remettre sur les rails quand tu déconnes. Toujours en t’encourageant, toujours en t’aidant à révéler le meilleur de toi même.
 
Bref, un peu comme un papa ou une maman. Qui veut que tu réussisses, qui veut ton bien plus que toute autre chose, mais qui n’hésitera pas à te remettre sur les rails quand tu déconnes.
 
C’est un vrai talent de savoir faire ça, et ce n’est pas donné à tout le monde.
 
En plus de ne pas pouvoir proposer d’accompagnement en-dessous de 15 000€ sans perdre d’argent, je n’avais pas vraiment le caractère idéal.
 
Parce que mon truc à moi, c’est plus de rester tout seul en journée, de lire des livres et d’écrire. Chacun ses atouts.
 
Bref. Au fil des discussions que j’ai eu avec cet ami, on a réfléchi à pouvoir enfin proposer ce que mes clients demandaient depuis presque 10 ans.
 
PAS à le proposer pour 15 000€ par mois. Mais pour une somme beaucoup, beaucoup plus basse. Une somme qui me ferait perdre de l’argent en MASSE normalement.
 
Mais en s’organisant différemment, en structurant le calendrier de travail pour qu’il n’y ait pas de temps mort, en utilisant des outils d’organisation (tu sais combien j’aime bien tout organiser), on a réussi à trouver comment proposer 3 mois d’accompagnement pour un TIERS de ce prix.
 
Soit 5 000€ par mois pour un accompagnement au téléphone chaque semaine avec un coach Marketing Naturel (cet ami) + questions par mail illimités.
 
Mais c’était encore (vraiment) trop cher.
 
Parce que beaucoup de ceux qui ont besoin d’accompagnement n’ont même pas ce budget. Et pourtant, ce sont précisément ceux-là qui en ont le plus besoin…
 
Le problème, c’est que c’est IMPOSSIBLE de travailler avec des gens qualifiés si on ne trouve pas un prix qui ne leur fasse pas perdre d’argent.
 
QUELQU’UN QUI ACCEPTE DE TRAVAILLER POUR 100€ DE L’HEURE, CE N’EST PAS QUELQU’UN QUI SAIT COMMENT GÉNÉRER 500 OU 1000€ EN UNE HEURE !!!
 
Et c’est tout le problème…
 
C’est même la raison exacte pour laquelle je n’avais pas proposé d’accompagnement auparavant.
 
Et la raison pour laquelle la qualité des accompagnements abordables qu’on voit un peu partout est souvent tellement douteuse…
 
Celui qui sait comment générer 500 ou 1000€ en une heure ne se fait pas payer 100€ l’heure. A moins que tu soit son cousin ou son meilleur ami, et là, ça sera gratuit.
Mais il est difficile de trouver un entre-deux…
 
Et je ne voulais surtout pas travailler avec quelqu’un qui ne sait pas générer ce genre de sommes en cet espace de temps. Autant ne rien faire.
 
Pourtant, il fallait trouver une solution. Et tu me connais : quand je me suis mis dans la tête que je veux trouver une solution, je ne lâche rien.
 
Alors ce qu’on a fait, c’est qu’on s’est posé a une table.
 
Et on s’est demandé comment faire pour que ça revienne à ENCORE BEAUCOUP, BEAUCOUP MOINS que 5 000€ par mois.

Et que ça soit une opération blanche
, dont on pense sincèrement qu’elle ne coûtera rien aux gens.
 
Et voici ce qu’on a décidé :
 
Concevoir un système d’accompagnement sur 3 mois (c’est impossible sur une période plus courte) en ne travaillant SEULEMENT qu’avec des gens bien particuliers.
 
Des gens dont on pense sincèrement qu’ils ont le potentiel pour envoyer leurs résultats dans l’espace en 3 mois.
 
Des gens, donc, à qui ça ne coûtera probablement rien, à condition qu’ils appliquent scrupuleusement les actions recommandées pendant les sessions.
 
Des gens que l’on suit chaque semaine au téléphone, et dont on répond à tous les e-mails.
 
Des gens qui n’auront que 1500€ par mois à sortir de leur poche, et qu’on aura sélectionné PRÉCISÉMENT parce qu’on croit sincèrement qu’il est simple et facile de les amener à développer rapidement leur activité, bien au-delà des montants dépensés.
 
Des gens dont on est persuadé que s’ils appliquent scrupuleusement nos conseils, ce sera pour eux une opération blanche qui ne leur coûte rien.
 
Et ce système, ça s’appelle L’ACCÉLÉRATEUR 3 MOIS.
 
Ce n’est pas pour tout le monde.
 
Mais pour ceux dont l’activité correspond aux critères, c’est la SEULE façon d’être accompagné selon mes méthodes, sans que ça ne coute 15 000€ par mois.
Sans même que ça ne coute 5 000€ par mois…

 
Mais en sortant juste 1500€ de sa poche le premier mois, en sachant que des gens dont c’est le métier depuis des années, qui travaillent avec moi personnellement, qui appliquent mes méthodes et en qui je mets toute ma confiance, t’ont choisi personnellement, parce qu’ils pensent sincèrement que tu es dans un cas où ça ne te coûtera probablement rien.
 
Concrètement, voici comment ça se passe si ton profil est sélectionné :
 
On t’accompagne pour fixer tes objectifs précis (par téléphone)…
 
On construit ensemble un plan d’action concret avec toutes les étapes pour les réaliser (par téléphone)…
 
On t’accompagne dans la mise en place de chaque étape, avec un rendez-vous téléphonique toutes les semaines
 
On te fournit tous les outils dont tu as besoin (depuis ma collection perso) : des modèles inédits de pages de vente, de scripts, de publicités à copier coller. Le genre de choses que je n’ai jamais partagé et que je garde d’habitude pour moi.
 
On répond à tous tes e-mails (aide illimitée pendant 3 mois)…
 

Pour que les choses soient claires :
 
Contrairement à ce que font certains : on ne te demandera JAMAIS de dépenser plus.
 
Il n’y a pas d’extras. Il n’y a pas d’upsells.
Il n’y a pas d’offres poussives de plus en plus chères.
 
Il y a juste ça :
 
1500€ par mois pendant 3 mois.
SEULEMENT proposé à ceux qui ont été sélectionnés parce qu’on pense sincèrement que ça ne leur coûtera rien.

Et si tu veux continuer à te faire accompagner après, libre à toi. Et c’est tout.
 
Mais, au risque de se répéter :
 
La chose la plus importante à comprendre, c’est qu’ON NE VEUT SURTOUT PAS ACCOMPAGNER DE GENS À QUI ÇA RISQUERAIT DE COÛTER QUELQUE CHOSE.
 
C’est pour ça qu’on sélectionne rigoureusement les profils. Et qu’on ne choisit que des business ou des projets dont on pense sincèrement qu’ils ont le potentiel pour faire décoller leurs résultats en l’espace de 3 mois.
 
Voici comment postuler :
 

 

ÉTAPE 1 : ENTRETIEN DE 30 MINUTES (rien à payer)

 
A la date et à l’heure que tu choisis, se parlera pendant 30 minutes au téléphone.
 
Lors de ce premier rendez-vous (rien à payer), on fait le point sur son activité et on définit un objectif atteignable 3 mois.
 
Pas un objectif genre « devenir milliardaire ».
Mais un objectif réaliste qu’on te pense capable d’atteindre en 3 mois, et qu’on va définir ensemble.
 
L’objectif, c’est de savoir si on peut t’aider ou pas. Si on pense sincèrement que tu rentabiliseras facilement l’accompagnement.
 
Tu n’auras rien à payer pour cet entretien (pas de panique, on est gentils et détendus. Ce n’est pas un entretien d’embauche…)
 
A la fin de cet appel, on te dira aussi clairement si on peut travailler avec toi.
 
Par contre, s’il vaut mieux commencer par autre chose, on te fournira déjà des pistes, des idées et des méthodes pendant cet entretien. Sans que tu n’aies toujours rien à payer.
 

 

ETAPE 2 : ACCOMPAGNEMENT

 
Si l’entretien est positif, et qu’on pense que tu peux avoir de beaux résultats sous 3 mois en appliquant nos méthodes, alors on travaille ensemble :
 
L’accompagnement est seulement ouvert à ceux dont on pense sincèrement qu’ils sont largement capables d’en couvrir les coûts en suivant nos méthodes pendant 3 mois.
Il est proposé à 1500€ par mois pendant 3 mois.
:
 
On t’accompagne pour fixer tes objectifs précis (par téléphone)…
 
On construit ensemble un plan d’action concret avec toutes les étapes pour les réaliser (par téléphone)…
 
On t’accompagne dans la mise en place de chaque étape, avec un rendez-vous téléphonique chaque semaine
 
On te fournit tous les outils dont tu as besoin (issus de ma collection perso) : des modèles inédits de pages de vente, de scripts, de publicités à copier coller. Le genre de choses que je n’ai jamais partagé et que je garde d’habitude pour moi.
 
On répond à tous tes e-mails (aide illimitée pendant 3 mois)…
 
Si ton profil est sélectionné, alors je te demande une chose : t’engager à être sérieux. Rigoureux. Tu verras, les actions qu’on va te proposer ne sont souvent pas très complexes à mettre en place. Mais on ne peut pas les faire pour toi, à ta place.
 
Et franchement, y’en a marre des glands. Si tu es sérieux et qu’on choisit ton profil, alors tu me donneras des nouvelles depuis l’espace… une fois qu’on aura envoyé tes revenus en orbite.
 
 

Pour commencer, il suffit de remplir ce formulaire rapide de pré-sélection :

 

 
(Si jamais ton entretien est annulé, tu recevras un e-mail très prochainement. On annule parfois des entretiens dont on sait qu’ils ne correspondront pas aux profils qu’on peut aider rapidement).
 
A tout de suite,
 
Jean.
 

PS : Si tu te dis que c’est clairement quelque chose que tu voudrais, mais que tu te poses quand même des questions (et c’est bien normal), je te recommande quand même de prendre rendez-vous.
Parce que si ton profil est sélectionné, on aura tout le temps de répondre à tes interrogations au téléphone lors du premier entretien qui ne coûte rien.
 
La seule façon de savoir ce qu’on peut faire pour toi, c’est de prendre rendez-vous aujourd’hui.

 

PPS : Si ça te fait vraiment envie mais que tu es juste un peu anxieux au téléphone (tu n’es pas tout seul dans ce cas) : pas de panique. Quand on fait de l’accompagnement, on sait mettre les gens à l’aise.
 
Savoir mettre les gens à l’aise, s’adapter à leur personnalité et les aider à dévoiler leur potentiel, c’est même LA compétence indispensable pour un coach.
 
Tu verras ça pendant ton entretien si ton profil est sélectionné. On a travaillé avec succès avec des gens probablement beaucoup plus anxieux que toi !

Le problème de beaucoup de réussites, c’est qu’elles ne durent pas.

 

Le succès ne se mesure pas toujours en argent, mais on va juste parler d’argent pour prendre un exemple, parce que l’argent a l’avantage de pouvoir se compter et se comparer :

 

Est-ce qu’il vaut mieux gagner 100 000€ sur un gros coup ponctuel, ou ne serait-ce que 2 000€ par mois toute sa carrière ?

 

Le calcul est simple.

 

Si tu as 30 ans, gagner 2 000€ par mois jusqu’à 70 ans, ça représente 960 000€.

 

Soit plus de 9 fois davantage.

 

Peu importent les chiffres, c’est juste un exemple : on peut faire le calcul avec n’importe quel niveau de revenus.

 

L’erreur que font beaucoup d’entrepreneurs, c’est de considérer comme le succès ultime le fait de gagner des gros sous en un temps record. Peu importe que ça dure ou pas.

 

Alors que le vrai succès, celui qui te permet de réussir ta vie, c’est quelque chose qui se passe sur la durée, dans la construction d’un mode de vie duquel tu n’as pas envie de t’échapper, et qui s’auto-finance.

 

Ma définition personnelle du succès c’est ça. Avoir un quotidien équilibré et harmonieux dans lequel on s’accomplit, et qui s’auto-finance en laissant de la marge pour monter des projets à côté.

 

Trouver une façon de se réaliser dans une activité qu’on ne fait pas juste pour l’argent, dans laquelle on s’accomplit, mais qui finance aussi ses frais de vie, en laissant une marge confortable en cas de coups durs ou de projets.

 

Ce n’est pas de gagner le plus possible le plus rapidement possible, puis de se faire plaisir en claquant tout, pour revenir à la case départ sans savoir comment on va faire pour vivre une vie intéressante.

 

Quand on gagne beaucoup sur un gros coup, on est toujours tenté d’en claquer une bonne partie. C’est humain. Tu as réussi, et tu te dis que tu le mérites bien.

 

Il n’y a pas beaucoup de choses auxquelles c’est plus difficile de résister : il suffit de regarder ce que font les gagnants du loto de leur argent.

 

Par contre, quand on a organisé sa vie pour qu’elle s’auto-suffise, grâce à une activité passionnante qui s’inscrit sur le long terme, qui n’est pas liée à un effet de mode ni à une opportunité passagère, on vit bien. Et on vit tranquille et serein.

 

La prochaine fois qu’on est sur le énième plan foireux pour gagner ponctuellement 10 000 ou 20 000€, on devrait y penser.

 

L’objectif ce n’est pas d’engranger des liasses de billets aujourd’hui, puis de tout claquer, pour se retrouver une nouvelle fois à la case départ.

 

Ça, c’est même une excellente formule pour vivre une vie misérable, en étant toujours dans le besoin, toujours à courir après les opportunités à court terme, et toujours dépendant des circonstances.

 

La vraie liberté, c’est d’avoir une activité intemporelle, qu’on peut faire partout, qui n’est pas dépendante des conditions extérieures, qui apporte autant de plaisir qu’un loisir, et qui permet de financer une belle vie sur la durée.

 

Ça commence par décider de ce qu’est une belle vie. Comment est-ce qu’on a envie de vivre jusqu’à la fin de ses jours. Qu’est-ce qui nous rend vraiment heureux. Et combien ça coûte de vivre comme ça.

 

Et puis de trouver un moyen de s’impliquer davantage dans une passion qu’on a déjà, pour qu’elle puisse financer ce mode de vie tout en laissant de la marge pour les coups durs, les projets, et la retraite.

 

Ça se travaille au jour le jour, en commençant par le début. En progressant quotidiennement. Et pas en attendant qu’une opportunité ponctuelle tombe du ciel.

 

Sinon, on va passer sa vie dans le besoin. Dans l’attente de l’idée-miracle. Dans une course aux billets qui n’en finit jamais, et qui empêche de se poser tranquille sans devoir être anxieux à propos du lendemain ou de l’année d’après.

 

La création de contenu, c’est une activité intemporelle. Il y en a d’autres, mais moi j’ai choisi celle-là.

 

Ça existe depuis qu’on a inventé le livre et l’imprimerie. Il y a des gens qui ont commencé là dedans bien avant internet, et puis qui se sont mis aux blogs, puis à Youtube ou à autre chose.

 

Si demain, ce sont les hologrammes 3D qui sont le format standard, c’est ce qu’ils feront. Mais ce qui ne change pas, c’est la passion qu’ils ont pour partager leurs idées, quel que soit le format.

 

Quand on fait ca tous les jours pendant des années, c’est rare de ne pas trouver un moyen pour que ça finance tous les besoins du mode de vie dont on rêve.

 

C’est une question d’organisation, de réflexion, et de beaucoup d’essais.

 

Mais quand on a décidé de faire ca toute sa vie, ça laisse largement assez de temps pour trouver un moyen.

 

Pas pour gagner le jackpot et puis plus rien après. Mais pour financer la vie de ses rêves mois après mois, année après année.

 

La magie de n’importe quelle activité qu’on fait depuis un bon nombre d’années, c’est que c’est quasi impossible de ne pas y devenir très bon.

 

Quand on a fait mille fois la même chose en essayant de progresser à chaque fois, il faut vraiment le vouloir pour ne pas être devenu très bon.

 

C’est plus facile que de courir toute sa vie après des opportunités jetables et à usage unique, franchement. Et contrairement aux opportunités sur lesquelles il faut quand même avoir la chance de tomber, là en l’occurence, tout le monde peut le faire.

 

La belle vie, c’est aussi simple que ça :

 

1- Une activité que tu fais par plaisir, dans laquelle tu t’accomplis.

 

2- Un quotidien dans lequel tu as tout ce que tu veux en matière d’emploi du temps, de variété, d’occupations… et que tu as construit aux petits oignons pour vivre bien sur tous les plans.

 

3- Le point numéro 1 finance le point numéro 2 en laissant de la marge pour les projets, en cas de coup dur, et pour la retraite.

 

La belle vie, c’est pas la Lamborghini pour cinq ans, puis passer le reste de sa vie à courir après des opportunités foireuses, vivre dans le stress, dormir 4 heures par nuit et avoir un quotidien dans lequel tu n’as rien choisi.

 

La belle vie, c’est un quotidien tranquille et choisi qui s’auto-finance.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Personne, dans aucun domaine, n’obtient des résultats exceptionnels en copiant ce que fait la moyenne.

 

La moyenne est par définition limitée à des résultats moyens.

 

Si tu veux vivre une vie exceptionnelle, il va falloir choisir d’organiser ta vie à l’inverse de ce que fait la moyenne.

 

Si tu veux avoir une activité qui donne des résultats exceptionnels, il va falloir procéder à l’inverse de ce que fait la moyenne.

 

Ça semble évident, et pourtant, à chaque fois qu’on se lance dans un nouveau projet, on cherche d’abord à savoir comment fait la moyenne pour pouvoir la copier.

 

Et quand on a un souci, on va demander des conseils à la moyenne.

 

Alors que dans 100% des domaines, c’est toujours une toute petite minorité qui obtient des résultats exceptionnels.

 

Jamais la moyenne, par définition.

 

Et cette toute petite minorité, elle a toujours les mêmes caractéristiques :

 

1- Ses résultats sont exponentiellement supérieurs à ceux obtenus par la moyenne. Pas deux fois plus. Pas trois fois plus. Mais dix ou cent fois plus.

 

2- Elle fait souvent des choix qui sont à l’inverse de ceux faits par la moyenne.

 

C’est vrai pour tout, des revenus d’un indépendant jusqu’au bonheur :

 

Une toute petite minorité avec des résultats exponentiellement supérieurs aux autres, qui a fait des choix radicalement différents pour y arriver.

 

La stratégie la plus logique, elle consiste à juste ignorer ce que fait la moyenne.

 

A ignorer aussi les conseils qu’elle donne.

 

Pour s’intéresser uniquement à la façon dont la petite minorité qui réussit vraiment procède.

 

Le souci, c’est qu’on aime bien la moyenne. Parce que la moyenne rassure. Et elle permet de moins de sentir seul.

 

Mais elle n’a jamais aidé personne à devenir exceptionnel.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 


 

Voici comment créer une formation qui se vend :

 

✓ Les types de formations qui vendent (inclus : mes méthodes pour trouver les sujets)…

 

✓ Comment trouver une idée de produit qui marche, même si ce n’est pas une formation…

 

✓ Ce qu’il faut savoir avant de lancer une formation…

 

Je te montre les méthodes exactes que j’utilise à la maison, et qui ont fait leurs preuves depuis des années.

 

À voir tout de suite avant retrait :

 

LES FORMATIONS, POUR LES TIMIDES

 

Lien de commande directe

 

(Tout sera retiré le 08/07/2019 à 23:59 heure française)

 

Le taux de transformation d’un argumentaire, c’est le pourcentage des gens qui l’ont vu qui ont acheté le produit.

 

Il existe une formule simple pour booster votre taux de transformation et vendre plus.

 

Elle a été mise au point par un groupe de marketeurs américains, il y a quelques années.

 

Cette formule est tellement puissante qu’elle peut vous permettre de doubler votre taux de transformation, avec quelques actions simples.

 

Elle vous permet d’identifier tout de suite les éléments qui posent problème dans votre argumentaire, et ceux qu’il vous faut ajouter à votre page de vente pour compenser ses faiblesses.

 

Cette formule, la voici, adaptée en français :

 

Taux de transformation =
Motivation + Valeur perçue + (Incentive – Friction) – Anxiété

 

Ca vous semble compliqué ?
Pas de panique : dans quelques minutes, ça vous paraîtra évident…

 

J’explique tout :

 
 

La motivation, c’est la mesure du besoin de vos clients :

 

Plus vos clients sont désespérés de trouver une solution rapidement, plus les conséquences de leur problème sont pénibles, plus ils sont motivés pour acheter.

 

Un exemple ?

 

Votre degré de motivation pour acheter un médicament quand vous souffrez est excessivement élevé (vous êtes désespéré, vous avez besoin d’une solution rapidement, et les conséquences du problème sont pénibles)…

 

Au contraire, votre degré de motivation pour acheter un objet de déco ou un accessoire d’habillement est bas (vous n’en avez pas vraiment besoin, il n’existe aucune conséquence grave au fait de ne pas acheter…).

 

Plus vous proposez des produits qui apportent une solution à un problème grave et urgent, plus vous augmentez le facteur “Motivation”.

 

Et c’est le facteur dont le coefficient est le plus élevé. Celui dont l’influence la plus importante sur votre taux de transformation.

 
 

La valeur perçue, c’est la valeur que représente votre produit pour le client :

 

Une carte au trésor a davantage de valeur pour la solution qu’elle présente que pour le papier sur lequel elle est dessinée…

 

C’est la raison pour laquelle vous devriez cesser de vendre des supports, et commencer à vendre des solutions :

 

— Vous ne vendez pas une vidéo de préparation aux entretiens d’embauche (valeur perçue : pas plus de 30€), vous vendez la solution pour décrocher un job (valeur perçue : l’équivalent de plusieurs années de salaire)…

 

— Vous ne vendez pas une formation à la création d’entreprise (valeur perçue : 500€ maximum), vous vendez la solution pour lancer une entreprise rentable sur le long terme en un minimum de temps (valeur perçue : l’équivalent de plusieurs années de bénéfices)…

 

Etc…

 

Plus le client voit de valeur dans votre produit, plus il devient susceptible d’acheter.
Et la première chose à faire pour augmenter cette valeur, c’est de lui présenter des solutions. Et pas un vulgaire support.

 

La valeur perçue, c’est le deuxième facteur le plus important dans notre formule. Pensez-y !

 
 

L’incentive, c’est ce qui pousse le client à acheter maintenant. Et la friction, c’est ce qui l’en empêche :

 

Plus votre offre crée de friction, plus il devient nécessaire de compenser cette friction avec une incentive forte.

 

Voici des exemples de friction : vous n’acceptez pas tous les modes de paiement, il faut remplir un (long) formulaire avant de pouvoir acheter, la page de vente est remplie de liens qui emmènent sur d’autres pages, etc…

 

Voici des exemples d’incentive : vous proposez un prix réduit pour les 2 prochains jours ou les 30 prochains clients, vous offrez tel ou tel bonus pour un achat immédiat, etc…

 
 

L’anxiété, c’est ce qui pousse le client à émettre des doutes :

 

Pour réduire son anxiété, vous pouvez lui proposer un essai gratuit, une garantie de remboursement en cas d’insatisfaction, une liste de vos clients célèbres ou des journaux qui ont parlé de vous…

 

Réduire l’anxiété de vos clients, c’est presque aussi important pour votre taux de transformation (coeff 2) que de démontrer la valeur de votre produit (coeff 3)

 
 

Comment doubler votre taux de transformation en utilisant cette formule ?

 

1- Commencez par étudier la motivation de vos clients : votre produit s’adresse t-il vraiment aux bons clients ? Peut-être devez-vous recentrer votre offre vers un groupe de personnes qui ont vraiment besoin d’une solution immédiate ?

 

2- Continuez en améliorant la façon dont vous démontrez la valeur de votre produit : présentez-vous un bête support (un livre, un dvd…), ou de vraies solutions dont les conséquences positives sont chiffrées ? Listez-vous vraiment tout ce que votre produit va changer dans la vie de votre client ? L’idéal, c’est qu’on imagine un prix bien supérieur au tarif réel avant d’arriver à la ligne qui indique le prix.

 

3- Réduisez la friction en simplifiant le processus d’achat, en évitant de demander des informations inutiles à vos clients, et en réservant les formulaires complexes pour la phase qui suit l’achat. Retirez tous les liens inutiles de vos pages de vente, et faites en sorte qu’il soit simple comme bonjour d’acheter votre produit.

 

4- Augmentez l’incentive en proposant des offres limitées, et/ou en ajoutant un bonus. Donnez-leur une raison d’acheter maintenant, et pas plus tard. J’en parle en détail dans la formation “Créez votre produit en 1 weekend” : votre objectif, c’est de rendre insupportable l’idée de ne pas acheter tout de suite.

 

5- Réduisez l’anxiété en affichant des preuves qui rassurent vos clients, des logos de partenaires connus, une garantie… Réduisez le risque perçu par vos clients !

 

En suivant chacune de ces étapes simples, vous pouvez certainement doubler leur taux de transformation.

 

Au boulot !

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Dans beaucoup de séries télé et films policiers, l’enquêteur pose « la » question fatidique quand il est déjà sur le pied de la porte, et qu’il s’apprête à partir :

 

« Merci pour le café. Bonne journée !

Ah, au fait, j’oubliais ! Juste une question de routine : vous étiez chez vous la nuit du meurtre ? »

 

Si étonnant que ça puisse paraître, cette simple technique peut vous aider à vendre. Voici comment :

 

Quand on essaye de convaincre, l’une des pires erreurs consiste à donner trop d’importance à la décision du client. À en faire le centre de son argumentaire.

 

Par exemple, un mauvais vendeur ne vous parlera que de l’acte d’achat : « Si vous achetez tout de suite, je vous donne ceci en cadeau. Vous pensez peut-être que c’est cher, mais je vous garantis que votre effort financier sera rentabilisé rapidement. »

 

Un bon vendeur présupposera l’acte d’achat, et vous considérera comme déjà convaincu : « Voici votre nouvelle voiture. Comment est-ce que vos collègues vont réagir quand vous allez la garer devant le bureau ? »

 

Un mauvais vendeur utilise 90% de son temps de parole pour vous parler du contrat, du prix, et de votre décision.

 

Un bon vendeur utilise 90% de son temps de parole pour vous parler des bénéfices du produit, et pour vous faire imaginer ce que vous allez ressentir quand vous allez le posséder.

 

Le contrat, le prix, la décision, elles sont comme la question fatidique de Columbo : « Ah, au fait, j’oubliais, j’ai encore une place pour les livraisons de cette semaine. »

 

En focalisant la discussion sur l’acte d’achat, le mauvais vendeur incite son client à développer des résistances. À se demander s’il prend vraiment la bonne décision. À trouver des objections. À peser le pour et le contre.

 

En focalisant la discussion sur l’utilisation du produit, le bon vendeur incite son client à considérer la décision comme acquise. Comme faisant déjà partie du passé. La signature du contrat, ce n’est que la régularisation administrative de l’envie du client de posséder le produit.

 

Aidez vos clients à concentrer leur attention sur la façon dont ils vont vivre avec votre produit, plutôt que de les aider à développer des résistances.

 

Au lieu que vous leur réclamiez une signature, ce sont eux qui vous réclameront le contrat.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 

 

Apprendre à créer des formations quand on est timide

 

✓ On crée une formation ensemble aujourd’hui-même, malgré tes anxiétés…

 

✓ Tout le framework pour dédramatiser la création de produits quand on est trop perfectioniste…

 

✓ Mes astuces perso que j’utilise pour lancer une formation par semaine… et pourquoi tu vas pouvoir le faire aussi dès aujourd’hui…

 

Le résultat : ta formation, prête à vendre, aujourd’hui même.

 

CLIQUER pour voir si c’est encore dispo :

 

 

(Tout sera retiré le 08/07/2019 à 23:59 heure française)

 

Vous avez forcément vécu le syndrome de la page blanche : vous avez un article, un mailing ou le chapitre d’un guide à créer, mais vous n’arrivez pas à vous y mettre. Vous ne pouvez pas lancer la machine. Vous restez bloqué à la première phrase.

 

Quelle que soit la tâche, le problème est toujours le même : le plus difficile, c’est de commencer.

 

Dans les lignes qui suivent, vous allez découvrir une méthode qui peut vous simplifier la vie, aussi bien pour écrire que pour accomplir toutes vos tâches quotidiennes.

 

Il s’agit d’utiliser des « démarreurs » et des procédures détaillées.

 

Les démarreurs sont des modèles qui simplifient la rédaction de la première phrase d’un article. Ou l’exécution de la première partie d’une tâche.

 

Il s’agit, en d’autres termes, de remplacer une manivelle de 2CV par un démarreur électrique.

 

Voici comment faire :

 
 

1- Listez toutes les tâches dont le démarrage est pénible

 

Si vous écrivez, il peut s’agir de la rédaction d’un article ou d’une newsletter.

 

Si vous créez des produits d’information, il peut s’agir de la préparation d’un nouveau module, ou encore d’un argumentaire.

 
 

2- Listez au-moins 10 démarreurs par type de tâche

 

Pour les tâches de rédaction, listez des modèles de phrases d’introduction, comme celles-ci :

 

« Si vous …., alors … »
« Vous avez forcément vécu… »
« Souvenez-vous de la dernière fois que… »
Etc…

 

*Créez une liste de démarreurs comme ceux-ci pour vos articles, une liste pour les chapitres de vos guides pratiques, une liste pour vos vidéos de formation…8

 

Le résultat ?

 

Vous n’allez plus jamais revivre le syndrome de la page blanche, et vous aller gagner du temps que vous pourrez utiliser pour rédiger encore davantage.

 
 

3- Créez une liste de procédures pour chaque tache répétitive

 

Même si vous savez parfaitement comment rédiger un article ou envoyer un mailing, prenez le temps de rédiger des procédures détaillées pour ce type de tâches.

 

Par exemple :

 

1- Rédaction du plan
2- Rédaction du titre
3- Rédaction des sous-titres
4- Rédaction du contenu
5- Relecture immédiate
6- Relecture le lendemain

 

L’avantage des procédures détaillées, c’est qu’elles permettent de concentrer son attention sur une « micro-tâche » à la fois. Ce qui rend la tâche globale plus facile à accomplir, morceau par morceau.

 

D’ailleurs, en rédigeant vos procédures, vous allez probablement constater que vous pouvez améliorer facilement votre efficacité en modifiant ou en améliorant telle ou telle étape.

 

Une fois vos procédures rédigées, vous pouvez aller encore beaucoup plus loin… et établir une liste de démarreurs pour chacune de leurs étapes.

 

Essayez : vous serez surpris de vos résultats !

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

S’il est difficile pour vous de faire le tri parmi les idées de produits qui vous passent par la tête, si vous ne savez pas comment évaluer la viabilité de vos projets, alors ce qui suit va vous aider…

 

Beaucoup d’entrepreneurs se lancent tête baissée dans la création d’un produit, avant même d’avoir la moindre idée de ses chances de succès…

 

Ce qu’il leur faut, c’est une méthode simple pour faire le tri entre le bon grain et l’ivraie. Et la méthode que vous allez découvrir est probablement la plus simple et la plus efficace qui soit.

 

Après l’avoir découverte, vous pourrez filtrer vos idées, et les trier, de celle qui a le plus de chances d’être rentable à celle qui en a le moins.

 

Le problème, c’est que la plupart des entrepreneurs travaillent autrement.

 

Une bonne partie d’entre-eux sont trop entreprenants : dès qu’une idée leur passe par la tête, ils la mettent en application. Avant même d’estimer sa rentabilité future. Avant même de se poser quelques questions simples.
Certains sont capables de travailler comme une fourmi pendant des mois, pour enfin se rendre compte de l’évidence : leur projet est voué à l’échec. Une évidence qu’ils auraient pu constater avant de verser des litres de sueur…

 

L’autre partie des entrepreneurs sont frileux. Ils ne se lanceront jamais dans la réalisation d’un projet s’ils n’ont pas l’absolue certitude de sa rentabilité. Du coup, ils copient ce qui fonctionne chez les autres. A la lettre. Sans réaliser, à aucun moment, que la copie ne vaut presque jamais l’original, et que leur stratégie est aussi une voie rapide vers l’échec.

 

Il existe une autre méthode, qui est si simple qu’elle peut vous sembler stupide. Essayez-la, et vous changerez d’avis…

 

La voici :

 

1- Notez le revenu minimal que vous jugez acceptable.

 

C’est la somme mensuelle en-dessous de laquelle vous abandonneriez le projet. Par exemple, 1000€.

 

2- Calculez combien de visiteurs qualifiés sont nécessaires sur votre page de vente pour obtenir ce revenu.

 

Faites le calcul avec un taux de transformation moitié-moins élevé que celui que vous obtenez habituellement avec produit au tarif proche.

 

Par exemple, si mon produit coûte 20€ et que mon taux de transformation est de 1%, j’ai besoin de 1660 visiteurs par jour pour gagner 1000€ par mois avec ce produit.

 

3- Listez toutes les sources de trafic envisagées, notez combien de visiteurs elles peuvent vous rapporter chaque jour.

 

Puis divisez les chiffres par deux par sécurité.

 

Par exemple :
— Votre site
— Vos vidéos
— Vos mailings

 

Basez-vous sur votre expérience et vos chiffres actuels pour établir l’estimation.

 

4- Si vous ne parvenez pas à atteindre le nombre de visiteurs nécessaires, trouvez d’autres façons de drainer du trafic qualifié.

 

Réfléchissez aux opérations de promotion que vous pourrez lancer.

 

Si, au contraire, le nombre de visiteurs nécessaire est atteint, vous pouvez foncer.

 

Le test est fiable : vous avez non seulement divisé votre taux de transformation par deux, mais aussi divisé vos estimations de trafic par deux : votre marge d’erreur est abyssale.

 

Des lecteurs et clients me demandent parfois ce que je pense de leur idée de produit. Quand je leur dis que je n’y crois pas, parce qu’il leur faudra 4500 visiteurs par jour pour gagner 500€, il font grise mine, et refusent de l’entendre.

 

Jusqu’à ce qu’ils fassent le test par eux-mêmes… avec de vrais clients. Et qu’ils constatent leur échec… après plusieurs semaines de travail acharné.

 

En prenant 3 minutes pour calculer combien de visiteurs sont nécessaires pour générer des revenus acceptables, et si vous avez les ressources nécessaires pour obtenir ce trafic facilement et rapidement, vous multipliez vos chances de succès par 100. Essayez !

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Si créez des vidéos ou si vous écrivez, il y a forcément des jours où vous rentrez bredouille de la chasse aux idées de sujets.

 

Pourtant, la meilleure source d’inspiration se trouve juste devant vos yeux. Regardez bien…

 

Vous ne la voyez pas encore ?
Pas de panique, j’explique tout…

 

Une bonne partie de vos contenus a déçu votre audience. Ils ne vous l’ont pas dit, mais vous l’avez bien remarqué : les commentaires sont inexistants, et leur circulation sur les réseaux sociaux aussi.

 

Tout les créateurs en ont fait l’expérience, et moi le premier.

 

Le problème, c’est qu’on part souvent d’une excellente idée, puis on l’exprime mal. On ne choisit pas les bons exemples. Ou pire, on la traite de façon aussi ennuyeuse qu’un documentaire sur la photosynthèse du plancton programmé à 3 heures du matin sur Arte.

 

Et ce n’est pas la faute du sujet. Parce que vous pouvez transformer un concept clairement chiant en une explication simple, ludique et sexy.
Et si vous avez pour ambition d’apprendre des choses à votre audience, c’est tout simplement… votre job.

 

Expliquer le calcul des amortissements ou la TVA intra-communautaire avec des exemples aussi clairs qu’un ciel de printemps, enseigner la grammaire allemande avec des métaphores aussi parlantes qu’une fable de La Fontaine, c’est votre boulot.

 

Vos contenus qui n’ont jamais décollé sont une manne. Une manne d’idées pour les prochains.

 

Parce que ce ne sont pas les toujours sujets qu’il faut blâmer. C’est parfois vous. Si d’autres arrivent à scotcher leur audience en parlant du calcul des intérêts composés ou des bases de la physique quantique, vous n’avez aucune excuse. Et moi non plus.

 

Reprenez les sujets de vos pires contenus. De vos flops. Et trouvez un autre angle. Un exemple parlant. Une métaphore éclairante. Une approche étonnante. Bref, transformez vos échecs en réussites.

 

Vous avez besoin de 10 minutes, pas plus : listez vos vidéos ou vos articles par nombre de commentaires ou de likes, les moins aimés en premier. Vous avez devant vos yeux (au moins) 25 idées de contenus, qui pourraient bien être les meilleurs que vous n’ayez jamais eues… mais que vous n’avez pas encore su exploiter correctement.

 

Au boulot !

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 


 

Si tu crées des produits, ça va t’intéresser

 

✓ La façon la plus simple et la plus efficace de créer des produits qui cartonnent…

 

✓ Pourquoi la plupart des produits d’information marchent beaucoup moins bien qu’ils le pourraient…

 

✓ Ce qu’il faut faire, exactement et précisément, quand on cherche une idée de produit…

 

A écouter d’urgence !

 

À voir tout de suite avant retrait :

 

LA FORMULE DES PRODUITS QUI CARTONNENT

 

Lien de commande directe

 

(Tout sera retiré le 01/07/2019 à 23:59 heure française)

 

Vous vendez un produit, et vous avez de bonnes raisons de croire qu’il est la solution parfaite aux problèmes de vos clients…

 

Pourtant, ils ne veulent rien entendre ?

 

Le problème, c’est peut-être que vos raisons ne sont pas forcément les leurs.

 
 

Cherchez-vous le point sensible de vos clients ?

 

Si on a déjà essayé de vous vendre un ordinateur en insistant sur sa puissance, alors que vous recherchiez un PC au design élégant, vos raisons n’étaient pas les mêmes que celles du vendeur.

 

Votre point sensible, ce n’était pas la technique, mais l’esthétique. Et de la même façon, vos clients n’ont pas forcément les mêmes raisons d’acheter que vous.

 

Un thérapeute expliquait qu’il avait développé plusieurs dizaines d’arguments pour convaincre une femme de renoncer à ses projets de suicide.

 

Rien n’y faisait, jusqu’à ce qu’il découvre son point sensible :

 

La patiente était une militante végétarienne, à tendances extrêmes. La raison qui l’a convaincue de changer d’état d’esprit ? Une fois partie, plus personne ne dirait à ses enfants de ne pas manger de viande…

 
 

Adaptez votre produit en fonction des véritables attentes de vos clients

 

Si vos clientes n’achètent pas vos sacs à main, ce n’est pas forcément à cause de leur qualité. C’est peut-être parce qu’on ne voit pas assez qu’ils sont chers, et qu’ils perdent par conséquent leur utilité en tant qu’emblème de prestige.

 

Si vos clients n’achètent pas votre livre, ce n’est pas forcément à cause de la qualité des informations qu’on y trouve. C’est peut-être parce qu’il est trop épais, ou qu’il semble trop compliqué à lire.

 

Si vos clients n’achètent pas votre appli, ce n’est pas forcément à cause de ses fonctionnalités. C’est peut-être à cause de son look.

 

Le créateur d’un produit l’apprécie souvent pour des raisons différentes de celles pour lesquelles les clients l’achètent. C’est sa création. Son « bébé ». Il est fier des éléments sur lesquels il a passé le plus de temps… et qui sont parfois invisibles pour le client.

 
 

A vous de jouer !

 

Trouvez les véritables points sensibles de vos clients, trouvez les vraies raisons pour lesquelles ils achètent, et vous les convaincrez plus facilement.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

La plupart des gens se trompent quand ils essayent de dépasser leur limites, et voici pourquoi.

 

Si vous essayez de booster vos résultats, d’augmenter le chiffre d’affaires de votre entreprise, de convaincre votre DRH de vous permettre d’évoluer, ou même d’améliorer vos performances sportives ou scolaires… l’obstacle n’est pas forcément celui que vous croyez. Et voici pourquoi.

 

Avant le 6 mai 1954, les coureurs pensaient qu’il était physiquement impossible de battre le record d’un mille en 4 minutes (environ 1,6 km). Personne n’avait jamais parcouru cette distance en si peu de temps, et tout le monde pensait que c’était impossible. Des médecins affirmaient qu’il s’agissait d’une limite physique, infranchissable.

 

Or, le 6 mai 1954, Roger Bannister a battu le record.

 

Juste après, 16 autres coureurs ont parcouru un mille en moins de 4 minutes, démontrant que la limite n’était pas physique, mais mentale. Parce qu’on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

 

Un autre exemple ?

 

Dans son livre Maximum Achievement, Bryan Tracy raconte l’histoire d’un étudiant qui entre à l’université après avoir passé un test. Le résultat de ce test indique qu’il fait partie du « 99th percentile », c’est-à-dire que ses compétences intellectuelles sont supérieures à 99% des étudiants testés.

 

Le problème ? L’étudiant avait mal lu son évaluation, et avait compris que son QI était de 99… soit en-dessous de la moyenne de la population.

 

Du coup, parce qu’il était convaincu d’avoir une intelligence médiocre, les résultats de son premier semestre étaient catastrophiques. Jusqu’à ce qu’il se rende compte de son erreur et qu’il réalise qu’il était doué d’une intelligence rare…

 

La conséquence ?
Immédiatement, ses résultats sont passés d’un niveau médiocre à un niveau exceptionnel. Simplement en changeant de convictions sur ce dont il était capable d’accomplir.

 

La limite n’était pas intellectuelle : elle était mentale. Parce qu’encore une fois, on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

 

Il vous est probablement déjà arrivé, comme à moi, de dépasser une limite qui semblait infranchissable, puis ensuite de la considérer non plus comme une barrière haute, mais comme une barrière basse. Comme le minimum acceptable.

 

Par exemple, lorsque vous atteignez un niveau de rémunération que vous pensiez impossible à obtenir, vous vous y habituez vite, et il devient impensable de revenir en arrière.

 

La barrière s’est transformée en minimum acceptable, et ce niveau de revenus ou de CA vous semble désormais naturel. Vous êtes convaincu qu’il serait tout à fait possible de l’atteindre à nouveau si vous repartiez de zéro aujourd’hui.

 

Cette limite n’était pas liée à vos compétences : elle était mentale. Parce qu’encore une fois, on est incapable d’accomplir ce que l’on croit impossible.

 

Passez en revue tous les domaines dans lesquels vous pensez qu’il est impossible de vous dépasser. Il est terrifiant de constater que la plupart du temps, la limite est aussi mentale. Et uniquement mentale.

 

Souvenez-vous simplement de l’histoire du coureur et de celle de l’étudiant la prochaine fois que vous voudrez battre un record personnel.
Parce que la tâche est probablement plus facile à accomplir que ce que vous pensez.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 


 

Si tu as envie d’innover, alors il faut écouter ça

 

✓ Les vrais dangers de l’innovation (et comment s’en protéger)…

 

✓ Ce qu’il faut savoir avant de créer un produit ou de démarrer un business…

 

✓ Comment bien gagner sa vie quand on veut innover, même avant que ton idée décolle…

 

A écouter d’urgence si tu pensais lancer un produit ou une activité innovante…

 

À voir tout de suite avant retrait :

 

LA FORMULE DES PRODUITS QUI CARTONNENT

 

Lien de commande directe

 

(Tout sera retiré le 01/07/2019 à 23:59 heure française)

 

Si vous avez lancé votre activité, vous êtes forcément tombé, à un moment ou un autre, dans l’un de ces 2 pièges. On y est tous passés, et moi le premier.

 

Aujourd’hui, si votre business peine à décoller, c’est probablement que l’un de ces pièges vous freine encore… et qu’il est temps de vous en sortir pour de bon :

 
 

Piège n°1 : Etre esclave de l’avis des autres

 

Arrondir les angles d’une vidéo incisive, par peur des réactions de votre audience dans les commentaires, c’est être esclave de l’avis des autres.

 

Remettre à plus tard, ou annuler carrément le lancement d’un produit ou d’une promotion, par peur de paraître “trop commercial”, c’est être esclave de l’avis des autres.

 

Passer davantage d’heures à écouter ce que les autres disent sur vous, sur les réseaux sociaux… que le temps que vous utilisez pour créer des contenus, c’est être esclave de l’avis des autres.

 

Le risque, c’est de limiter vos objectifs, de limiter ce que vous croyez possible d’accomplir, à ce que la moyenne en pense. Le risque, c’est de perdre la flamme. Et de vous enfermer dans le confort de la médiocrité.

 

Si votre objectif, c’est d’obtenir des résultats moyens, souciez-vous de l’avis de la moyenne. Par contre, si votre objectif, c’est d’obtenir des résultats exceptionnels… souciez-vous de l’avis des gens exceptionnels. Et ignorez tout le reste.

 

C’est moins confortable, parce qu’on aime souvent avoir la validation des autres avant de prendre une décision ou de lancer un projet. Or, réussir, ça commence par avoir confiance en soi. Quoi qu’en pensent les autres.

 
 

Piège n°2 : Utiliser de fausses excuses pour ne pas passer à l’action tout de suite

 

Croire qu’il faut “tout savoir” sur le business avant de lancer votre activité, c’est utiliser de fausses excuses pour ne pas passer à l’action tout de suite.

 

Passer 10 fois plus de temps à apprendre qu’à mettre en pratique, c’est utiliser de fausses excuses pour ne pas passer à l’action tout de suite. L’information ne sert à rien si elle reste à l’état virtuel.

 

Attendre d’avoir plus de temps libre, attendre d’avoir plus d’argent de côté, attendre l’été ou l’arrivée des extra terrestres pour lancer votre activité ou tel projet, c’est utiliser de fausses excuses pour ne pas passer à l’action tout de suite.

 

Tout le monde a ses excuses. Celles que vous avez aujourd’hui seront remplacées par celles que vous trouverez demain

 

Quand j’explique que je travaille sur le web, et que je voyage souvent, beaucoup de gens me disent “J’aimerais bien faire la même chose si je pouvais“… ou encore “Ah, si au moins j’avais plus de temps” ; “Ah, si au moins je n’avais pas ce crédit à rembourser” ; ”Ah, si au moins ceci, cela, ou autre chose…”. Il y a toujours un “Si au moins”.

 

La vérité, c’est qu’il y aura toujours des “Si au moins…”. Et ceux de demain seront peut-être encore plus importants que ceux qui vous limitent aujourd’hui.

 
 

Au boulot !

 

Si vous passer à l’action, quoi qu’en pensent les autres, quelles que soient vos imperfections, et quelle que soit votre situation actuelle, vous multipliez vos chances de réussite par 1000.

 

Ce dont vous croyez avoir le plus besoin, que ce soit la validation des autres, le temps libre ou l’argent, c’est au contraire ce qui vous limite. Ce qui vous empêche de passer à l’action aujourd’hui.

 

Vous disposez déjà de tout ce dont vous avez besoin. Quelle que soit votre situation, et quoi qu’en pensent les autres.
Quand on comprend ça, on part avec des kilomètres d’avance…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Au fil des ans, j’ai amélioré mon efficacité à l’extrême, jusqu’à obtenir ces résultats :

 

— Je travaille seul (sauf sous-traitance ponctuelle sur des projets précis, et traitement du support-clients), et je réalise un CA supérieur à beaucoup de PME de 5 à 10 employés

 

— Je travaille 4 à 5 fois moins longtemps chaque semaine qu’un salarié aux 35 heures…

 

On me demande souvent comment je fais : c’est beaucoup plus simple que vous pouvez l’imaginer

 

Quand on est payé à l’heure ou au mois, il est naturellement inutile de travailler son efficacité. On regarde l’horloge, et on attend la fin de la journée, comme on attendait la fin des cours à l’école…

 

Le problème que vivent beaucoup d’indépendants, c’est qu’ils reproduisent le même schéma une fois qu’ils travaillent pour eux… alors qu’en appliquant ces règles simples, ils pourraient abattre tout seuls le travail d’une équipe de 10 salariés, tout en gagnant du temps :

 
 

Règle 1 : devenez un fondamentaliste de la concentration

 

L’idée, c’est de ne se concentrer que sur une seule tâche à la fois, et d’y canaliser toute son énergie, à 3000%.

 

L’objectif est d’atteindre un état hypnotique, dans lequel on n’entend plus rien de ce qui se passe autour de soi, dans lequel on ne remarque plus rien de ce qui bouge autour de soi, et dans lequel on est canalisé à 3000% sur la tâche en question. Ca vient facilement, avec un peu d’entraînement :

 

La première étape : coupez le téléphone, et éteignez les notifications de tous vos appareils.

 

La deuxième étape : expliquez à vos proches que lorsque vous travaillez, vous n’acceptez pas d’être dérangé, quelque soit le prétexte, même urgent. Ne tolérez aucune dérogation, aucune exception. Votre temps de travail, c’est votre temps à vous. Point.

 

Vous pouvez acheter une lumière rouge comme celles qu’on trouve dans les radios, par exemple, et l’allumer pour indiquer à ceux qui vivent avec vous que vous êtes occupé.

 
 

Règle n°2 : chronométrez tout

 

Cela fait exactement 5 minutes et 6 secondes que je travaille sur cet article, rédaction du plan inclus. Je le sais, parce que j’utilise un chronomètre, et que je mesure la durée de chacune de mes tâches.

 

Pourquoi ?

 

D’abord parce qu’en sachant qu’une tâche est chronométrée, on avance plus vite. C’est étrange, mais c’est pourtant flagrant : essayez, vous serez surpris…

 

Ensuite, parce que je définis un temps limite pour chacune de mes tâches. Chaque action est comme un jeu : l’objectif, c’est de battre la montre…

 
 

Règle n°3 : fixez-vous des défis, battez vos records, et faites-en une passion

 

Si la dernière page de vente que j’ai créée a été rédigée en 2h50, la prochaine le sera en 2h30. Parce que si c’est possible en 2h50, c’est forcément possible aussi en 2h30.

 

En se fixant ce genre de défis, on identifie tout de suite, naturellement, les postes chronophages. On les élimine, on les remplace par des alternatives plus rapides, ou on les automatise.

 

En transformant ce petit jeu en passion, on devient efficace en l’espace d’une semaine.

 
 

Règle n°4 : supprimez les tâches qui ne valent pas votre temps

 

Calculez le revenu que vous générez en une heure moyenne de travail, en divisant votre bénéfice mensuel par le nombre d’heures pendant lesquelles vous travaillez.

 

Vous obtenez votre productivité horaire moyenne, c’est à dire l’argent que vous générez en étant assis pendant une heure devant votre ordinateur.

 

Et vous avez deux façon de l’augmenter : travailler plus rapidement, ou travailler davantage sur ce qui rapporte le plus (et moins sur ce qui rapporte moins…).

 

Le choix le plus efficace consiste à faire les deux à la fois : réduire son temps de travail tout en supprimant les tâches qui n’apportent pas assez.

 

Listez chacune des tâches que vous avez chronométrées, et calculez leur rentabilité moyenne par minute. Vous allez forcément identifier les actions qui plombent votre productivité horaire moyenne…

 

Il vous reste à les supprimer, à les simplifier, à les automatiser ou à les sous-traiter.

 
 

Règle n°5 : Commencez par le plus difficile

 

Commencez toujours vos journées par “LA tâche rébarbative”, celle que vous décaliez de jour en jour depuis des semaines.

 

Organisez vos journées de travail en commençant par le plus rébarbatif, jusqu’au plus agréable.

 

Et si toutes vos tâches de la journée vous enchantent, commencez par accomplir une autre action, profondément rébarbative, que vous aviez planifié pour un autre jour.

 

En vous imposant cette règle, et en la suivant tous les jours, sans exception, vous allez aussi gagner en liberté d’esprit, parce que vous aurez supprimé de vos idées ces “tâches noires” qui envahissaient vos pensées.

 
 

Règle n°6 : Séparez le boulot du reste

 

La première chose à faire après le petit dej’ : abattre TOUTES les tâches de la journée.

 

Et ne pas s’arrêter tant qu’elles ne sont pas accomplies intégralement, quitte à déjeuner à 15 heures.

 

Ne planifiez jamais de rendez-vous ni d’activités extérieures au travail le matin, ou à une heure à laquelle vous savez que vous n’aurez pas encore terminé votre journée.

 

Abattez tout, d’un coup, en bloc.

 

Le résultat ? Vous avez l’esprit libre tout le reste de la journée. Et quand vous allez éteindrez votre ordinateur, vous allez vous sentir véritablement accompli, libre, et détendu.

 

Comparez ça à ce que vivent les gens qui mélangent boulot et loisirs : ils vérifient frénétiquement leurs emails chaque 10 minutes sur leur iPhone au restaurant, n’arrivent à sortir la tête du travail à aucun moment de leurs journées, se pourrissent les weekends, ne peuvent pas se détendre en ayant véritablement l’esprit libre… et travaillent, du coup, davantage que vous.

 

J’oubliais : contrairement à ces gens là, vous, vous prenez des vrais week-ends. Vous n’allumez pas une seule fois votre ordinateur pendant 2 jours par semaine. Sans exception aucune.

 
 

Règle n°7 : Visualisez la fin de la tâche en cours

 

Lorsque vous accomplissez une tâche, la seule chose qui doit vous occuper l’esprit -à part ce sur quoi vous travaillez- c’est ce que vous allez faire et ressentir une fois que vous aurez terminé.

 

Pensez à l’article que vous rédigez une fois qu’il sera achevé, et que vous aurez appuyé sur le bouton “publier”. Gardez en tête l’image de ce bouton pendant toute la durée de la rédaction.

 

En focalisant votre attention sur l’accomplissement de la tâche, plutôt que sur sa difficulté, votre énergie est focalisée sur la fin, plutôt que sur le chemin. Du coup, vous cesserez de vous arrêter à chaque difficulté pour “traînasser”, et vous gagnerez encore en rapidité.

 
 

Règle n°8 : Ne tolérez rien qui ne soit pas simple

 

Refusez la complexité, dans tous les domaines :

 

— L’organisation de vos dossiers

 

— Votre système de gestion des tâches

 

— Les logiciels que vous utilisez

 

— L’organisation de la pièce dans laquelle vous travaillez

 

— Les procédures et méthodes que vous suivez

 

Si ce n’est pas simple, changez d’outil, ou simplifiez-le.

 
 

Règle n°9 : Utilisez des procédures et des modèles

 

Transformez toutes vos actions récurrentes en systèmes étape par étape, détaillés dans des fichiers texte.

 

Vous n’aurez plus besoin de réfléchir à chaque étape : vous économisez de l’énergie et du temps.

 

Créez un modèle à chaque fois que vous accomplissez une tâche pour la première fois, et que vous devrez la reproduire à l’avenir : réponses-type aux questions que l’on vous pose le plus souvent par e-mail, listes de structures de titres pour vos vidéos, etc…

 
 

Règle n°10 : Installez des habitudes

 

Il est toujours plus facile d’effectuer une tâche qu’on a déjà répétée déjà 100 fois, plutôt que de l’accomplir pour la première fois.

 

Ecrire un article pour la première fois, c’est difficile. La 100è fois, c’est devenu naturel, instinctif, et facile.

 

Créer un produit d’information pour la première fois, c’est difficile. La 20è fois, c’est devenu naturel, instinctif et facile.

 

Définissez une régularité fixe pour chaque action qui est supposée se répéter à l’avenir. Et transformez ces actions en habitudes.

 

A votre tour !

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 

 

Comment savoir à l’avance si ton produit va marcher :

 

✓ La formule pour trouver des idées de produits qui cartonnent (basée sur les statistiques de vente de plus de 400 formations)…

 

✓ Tout le système de co-création avec formulaires en cascade, pour savoir à l’avance si ça va marcher…

 

✓ Le modèle de lancement facile, hyper-détaillé…

 

L’objectif : arrêter enfin de créer des produits au hasard, sans savoir s’il vont marcher.

 

CLIQUER pour voir si c’est encore dispo :

 

 

(Tout sera retiré le 01/07/2019 à 23:59 heure française)

 

Voici un article que j’avais écrit en 2011, à là grande époque des blogs, et avant la montée de YouTube.

 

C’est amusant de voir comment les mêmes choses s’appliquent aux plateformes d’aujourd’hui…

 

Voici cet article :

 

Il y a trois siècles à l’échelle du web, les portails et les sites perso régnaient en maîtres. Puis les forums les ont détrônés. Avant que les blogs ne les remplacent.

 

A leur tour, les réseaux sociaux ont gagné du terrain face aux blogs. En 2010, l’internaute moyen passait déjà 10% de son temps sur Facebook.

 

C’est une constante : les plateformes changent. Demain, les mots WordPress et Facebook seront des souvenirs du bon vieux temps. Des reliques. Comme le sont en 2011 Multimania, Caramail, iFrance, et déjà Myspace.

 

Alors, votre site a t-il un avenir ? Rien n’est moins sûr.

 

De la même façon que les internautes ont délaissé les forums au profit des blogs, ils en viendront à oublier votre site et les autres. Pour une autre plateforme. Pour un autre support.

 

Par contre, votre message, lui, est plein d’avenir. Vos idées. Votre ligne éditoriale. Votre approche. À condition de ne pas les enfermer dans la soute d’un navire qui va et vient au gré des vagues, et qui se dirige dangereusement vers un iceberg. A condition de libérer vos contenus, et de ne plus limiter leur publication à votre seul blog.

 

Pourquoi bloguez-vous? Pour accumuler un maximum de visiteurs sur votre site? Certainement pas.

 

Vous bloguez peut-être pour partager vos idées. Ou vos découvertes. Vous bloguez peut-être pour gagner votre vie. Ou arrondir vos fins de mois. Vous bloguez peut-être pour faire connaître votre PME, et trouver des clients. Vous bloguez peut-être pour démarrer des discussions, et débattre sur un sujet qui vous tient à coeur.

 

La seule certitude, c’est que vous ne bloguez pas seulement pour qu’on visite votre site. Vos pages vues par jour ne sont pas une fin en soi. Vous ne cherchez pas l’audience pour l’audience, mais pour faire connaître votre message.

 

Alors pourquoi se limiter à un blog ? Pourquoi enfermer vos contenus dans une plateforme figée ?

 

En proposant vos articles sur d’autres sites, non seulement vous libérez vos contenus, mais vous touchez aussi des publics nouveaux. Qui n’auraient jamais entendu parler de votre message ni de votre nom si vous ne l’aviez pas fait.

 

En un mot, vous vous ouvrez au monde. Parce qu’il ne s’agit pas d’abandonner votre blog. Au contraire. Il s’agit d’être présent partout : à la fois chez vous, chez les autres, et dans les « lieux publics » comme les sites collaboratifs. Il s’agit de dissocier votre contenu de son support.

 

Reste le problème de la monétisation. Si vous gagnez votre vie en affichant des bannières publicitaires sur votre blog, il vous sera bien difficile de libérer vos contenus sans perdre de revenus.

 

A moins que vous n’en profitiez comme d’une aubaine pour créer (enfin) votre première ligne de produits. Formations, guides pratiques, outils en ligne, logiciels…

 

Non seulement vous allez probablement décupler vos revenus (c’est ce qui se passe en général quand un blogueur abandonne Adsense pour vendre ses propres créations à ses lecteurs), mais vous allez enfin vivre de « votre bébé ». De votre produit à vous. Plutôt que de publicités que vous ne contrôlez pas, et que vos lecteurs vous reprochent souvent.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Vous pensez depuis des mois à créer votre propre produit ? Vous avez raison :

 

La bonne nouvelle, c’est qu’il est simple comme bonjour de créer un produit qui cartonne, à condition d’éviter les erreurs qui vous empêchent d’atteindre la rentabilité.

 

J’explique tout, en 3 étapes simples :

 
 

Etape 1 – Trouvez un concept irrésistible avec la méthode du génie de la lampe :

 

La plupart des gens commencent par foncer tête baissée dans la création d’un produit… puis se demandent comment ils vont bien pouvoir faire pour le vendre.

 

Vous êtes peut-être passé par là, et ce n’est pas étonnant : c’est l’erreur qui empêche 90% des entrepreneurs d’atteindre la rentabilité.

 

Cette fois-ci, vous allez commencer par trouver un concept irrésistible pour vos clients. Au lieu de vous lancer dans la création d’un produit dont vous avez envie, ou que votre grand-mère trouverait “plutôt sympa”.

 

Il suffit de vous mettre dans la peau de votre client moyen, et d’imaginer qu’un génie vous demande quel est le voeu qu’il peut exaucer pour vous.

 

Ne pensez même pas à ce que vous savez faire. Ne pensez même pas à ce que vous pourriez proposer à votre client. Ne pensez même pas à vous.

 

Pensez à lui. Partez de ses problèmes. Mettez-vous dans sa tête. Pas dans la vôtre.

 

Quel est le premier problème qui viendrait à l’esprit de votre client si un génie lui proposait d’exaucer un seul voeu ?

 

Quel est son problème le plus pénible, le plus urgent, le plus insupportable ?

 

Quel est le problème qui l’empêche de dormir ?

 

Si vous n’arrivez pas à trouver une réponse à cette question, posez-la directement à vos clients. Proposez un sondage, envoyez une newsletter, interrogez-les sur Twitter ou Facebook…

 

Et une fois que vous avez trouvé la réponse, vous avez déjà le concept de votre produit :

 

Votre futur produit, c’est tout simplement la solution la plus facile et la plus rapide qui puisse exister pour mettre fin à ce problème.

 

Le génie de la lampe, c’est vous. C’est vous qui allez exaucer le voeu le plus cher à vos clients.

 

Même si, pour l’instant, vous ne savez pas encore comment vous allez bien pouvoir faire pour le concrétiser, vous avez entre les mains LE concept irrésistible. LA solution pour laquelle vos clients sont prêts à échanger non pas 20€, mais peut-être les revenus d’une semaine de travail. Ou d’un mois.

 

Alors même si vous ne savez pas encore comment vous allez leur permettre de résoudre ce problème, même si vous paniquez un peu (et c’est bien normal), vous avez tout le temps pour vous creuser la tête, et remuer ciel et terre s’il le faut pour leur fournir cette solution. Parce que le jeu en vaut la chandelle.

 

Vous partez avec une avance énorme : vous, vous allez vendre un produit que les gens veulent. Une solution à la recherche de laquelle ils ont peut-être déjà dépensé des milliers d’euros, sans succès. Une solution à la recherche de laquelle ils ont passé des mois ou des années, et ont échoué.

 

Vous, vous allez leur apporter sur un plateau.

 

Votre produit, vos clients le VEULENT. Et l’achèteront, parce qu’il n’y a rien d’autre dont ils ont davantage besoin. Ils sont prêts à INVESTIR. A fournir un EFFORT EXCEPTIONNEL pour l’obtenir.

 

Alors qu’un “produit sympa”, vos clients le trouveront peut-être “plutôt pas mal”… et l’achèteront uniquement s’ils ont quelques euros à perdre… mais pas plus.

 

Et ça fait toute la différence : vous partez avec une longueur d’avance qui ne se mesure plus en kilomètres mais en années-lumière.

 

Reste à savoir comment rendre ce produit palpable. Comment concrétiser votre solution.
Et c’est ce que vous allez voir tout de suite :

 
 

Etape 2 – Transformez une solution rêvée en un produit concret et palpable :

 

Souvenez-vous : vos clients ont un problème pénible et urgent.

 

Votre job : leur donner une solution facile et rapide. Soit exactement l’inverse.

 

Commencez donc par choisir le format le plus facile et le plus rapide pour obtenir une solution :

 

Est-ce un service en ligne ? Un guide pratique ? Une formation ?

 

Si vous vendrez des informations, vous pouvez mélanger les supports pour créer un “système”, une “méthode” ou un “kit”, qui contient à la fois des fichiers audio, vidéo et pdf, par exemple.

 

C’est le meilleur moyen d’aider vos clients à se concentrer sur la valeur de la solution plutôt que celle du contenant. Parce que si l’on est prêt à investir les revenus d’une ou deux semaines de travail pour résoudre un problème pénible, on n’est pas forcément prêt à le faire pour acheter un bête fichier PDF, ou un bête fichier vidéo.

 

Une fois que vous avez choisi le format, créez le moyen le plus facile et le plus rapide possible pour obtenir une solution :

 

Au lieu de fabriquer un produit exhaustif, créez un produit simple à utiliser. Jetez tout ce qui ne sert à rien, tout ce qui ne permet pas d’avancer concrètement vers la solution.

 

Au lieu de diviser un guide par chapitres, organisez-le en “journées”, “étapes” ou “actions”. Proposez un cheminement depuis le problème jusqu’à la solution.

 

Au lieu de de détailler des concepts et des idées, proposez des actions.

 

Au lieu d’expliquer, montrez. Limitez la théorie aux seuls endroits où elle est indispensable à comprendre pour être capable de passer à l’acte. Inutile de connaître l’histoire de l’informatique pour savoir envoyer un email, par exemple…

 

Utilisez un langage simple, compréhensible par un enfant. Les termes techniques, complexes ou anglophones ne sont utilisés que s’ils sont indispensables. Ils sont systématiquement “traduits” en langage simple.

 

Souvenez-vous : votre objectif ce n’est pas de “faire comprendre”. C’est de donner une solution concrète et palpable, le plus facilement possible, et le plus rapidement possible.

 

Un médecin ne vous vend pas le Vidal quand vous avez la grippe. Il vous donne un médicament.

 

De la même façon, vous n’allez pas vendre un cours de html à un entrepreneur qui a besoin de trouver des clients sur le web. Vous n’allez pas vendre un traité en 3 tomes sur la diététique à une personne qui a besoin de perdre du poids.

 

Ce que vous allez leur vendre, ce sont des solutions concrètes, rapides, étape par étape, faciles à appliquer.

 

Votre job, c’est de retirer de la pénibilité et du temps. Trouvez des raccourcis. Proposez des outils clés-en-main plutôt que de détailler une procédure complexe. Donnez des exemples “à recopier”. Bref, vous avez compris.

 
 

Etape 3 – Faites appel à des intervenants extérieurs :

 

Souvenez-vous, vous aviez défini votre concept non pas en fonction de ce que vous savez faire, mais en fonction de ce dont vos clients ont besoin. Et par conséquent, vous n’avez pas forcément toutes les compétences nécessaires pour les aider

 

La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez créer un produit de qualité exceptionnelle sans rien y connaître au sujet…

 

C’est simple : au lieu d’être un expert, vous êtes un journaliste. Vous compilez les conseils des pros. Vous les organisez de façon pratique, étape par étape. Vous les rendez faciles à comprendre.

 

Vous pouvez faire appel à des intervenants extérieurs pour un chapitre, comme pour la totalité de votre produit. A une condition : que vous transformiez la matière première fournie par vos intervenants en solutions concrètes.

 

Parce qu’il ne s’agit pas de vendre à vos clients une suite d’interviews ou d’avis d’experts. Il s’agit de leur vendre une solution clés-en-mains.

 

Un exemple ? Eben Pagan, un formateur américain au marketing, aidait un débutant à créer une solution au problème suivant : entrer à l’université d’Harvard quand on n’a pas le profil classique.

 

Le créateur du produit n’avait jamais mis les pieds à Harvard. Il était aussi compétent pour conseiller ses clients que je le serais pour enseigner le tricot au club du 3è âge…

 

La solution ? Utiliser les réseaux sociaux pour trouver 10 ou 12 étudiants d’Harvard au profil de loosers, qui ont pourtant réussi à intégrer l’école prestigieuse malgré un passé scolaire désastreux. Et les rencontrer pour leur demander comment ils ont fait. Quels ont été les raccourcis, les astuces, les stratégies qui leur ont permis d’entrer à Harvard. Puis, de transformer cette “matière première” en une suite d’actions étape-par-étape.

 

Le résultat, ça aurait pu être un produit du type :
Comment ils ont hacké Harvard” : les 12 cancres admis dans l’école la plus prestigieuse des Etats-Unis dévoilent comment ils ont réussi à convaincre les examinateurs les plus coriaces au monde, et comment vous pouvez le faire aussi. »

 

Imaginez-vous dans la peau d’un postulant à Harvard qui passe sur une page web qui présenterait ce produit : vous ne POUVEZ PAS VOUS PERMETTRE de ne pas l’acheter. Pourtant, l’auteur n’a jamais mis les pieds dans l’école en question…

 

Vous pouvez faire la même chose, quelle que soit votre thématique. Appuyez-vous sur les témoignages de ceux qui ont résolu le problème de vos clients pour leur proposer le produit qu’ils ne peuvent PAS SE PERMETTRE de ne pas acheter.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Il m’est arrivé à deux reprises d’augmenter mes ventes en augmentant mes prix.

 

Bien sûr, ce n’est pas seulement le prix qui a changé. Mais l’offre.

 

Si vos clients hésitent, ce n’est pas forcément à cause du prix. Ça peut être à cause de la façon dont l’offre est présentée ou packagée.

 

La prochaine fois que vous testez une nouvelle version de votre page de vente, essayez ceci :

 

1- Modifiez votre offre pour doubler sa valeur perçue. Ajoutez des éléments. Ajoutez des supports. Mettez-vous dans la peau de votre client pour vous demander ce qui peut bien manquer à votre produit.

 

2- Augmentez le prix en conséquence.

 

3- Testez votre nouvelle offre en y envoyant 10% ou 20% de votre trafic (Utilisez un outil d’A/B testing pour comparer les résultats).

 

4- Recommencez, jusqu’à trouver l’offre parfaite.

 

Ce qui compte ici, ce n’est plus votre taux de transformation. C’est votre revenu moyen par visiteur.

 

Parce que si votre produit coûte trois fois plus cher, et que vous en vendez deux fois moins, vous gagnez 66% de plus. Et si votre produit coûte dix fois plus cher et que vous en vendez cinq fois moins, vous doublez vos revenus.

 

Faites le calcul avec votre propre produit, vous serez probablement étonné…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 


 

Aujourd’hui, un tuto pour faire plus de ventes en prestations de services

 

✓ Comment faire accepter davantage de devis par tes clients…

 

✓ Les 3 PDF qu’il faut envoyer avec chaque devis pour augmenter tes chances…

 

✓ Même avec des tarifs 30% supérieurs à ceux de tes concurrents, tes devis seront davantage acceptés…

 

L’objectif : faire plus de ventes tout de suite, en suivant juste quelques étapes simples.

 

À voir tout de suite avant retrait :

 

MÉTHODE PRESTATIONS DE SERVICE

 

Lien de commande directe

 

(Tout sera retiré le 24/06/2019 à 23:59 heure française)

 

On m’a souvent reproché de donner des objectifs irréalistes.

 

“Gagner sa vie avec 50 visiteurs par jour”, “Monter un business rentable en 60 jours”, “Doubler les revenus de son site en 5 jours”.

 

Pourtant, tous ces objectifs, non seulement je les atteint moi-même, mais je les ai largement dépassés, et je suis loin d’être le seul à l’avoir fait.

 

Parce que c’est tellement simple que ça semble évident :

 

Si on vend un produit à 50€, avec un taux de transformation de 2%, ce qui est loin d’être hors de portée, on gagne 50€ par jour avec 50 visiteurs, soit 1500€ par mois.

 

Si je crée une vidéo de formation en deux jours, que je passe une journée à rédiger une page de vente, et une autre journée à créer une campagne Adwords, puis que je l’affine pendant 2 semaines, j’ai créé un business rentable en moins de 30 jours.
Je l’ai fait, et pas qu’une fois. Des dizaines de milliers d’entrepreneurs l’ont fait aussi.

 

Le problème, ce ne sont pas ces objectifs. Le problème, c’est la certitude partagée par le plus grand nombre, qui consiste à croire qu’on ne peut pas gagner sa vie honnêtement sans travailler pour quelqu’un d’autre ou créer une entreprise traditionnelle.

 

C’est la certitude, inculquée par l’école, par la famille, par les partis politiques, par les journaux, par la télévision, par notre environnement, qu’il n’est pas possible de gagner sa vie sans aller au bureau ou à l’usine à moins d’avoir de la chance. A moins de gagner au loto.

 

Il est difficile de s’en défaire, parce qu’on nous la matraque en permanence, depuis le berceau jusqu’au bureau. La conséquence de ce lavage de cerveau, c’est qu’on ose plus sortir du carcan. Pire, on se sent coupable. Souvent de façon inconsciente, d’ailleurs.

 

Je ne compte plus les lecteurs qui m’ont raconté la même histoire d’un conjoint ou d’un parent qui les freine : “Range ton ordinateur et trouve un vrai boulot” ; “Laisse tomber tes trucs sur internet : je t’ai pris rendez-vous au Pôle Emploi”.

 

Quand on a passé 5, 10 ou 25 ans à faire un métier que l’on déteste, pour un patron qu’on vomît, on ne peut plus accepter qu’il soit possible de faire autrement. De la même façon qu’un couple qui se dispute tous les jours pense plus difficilement à la rupture après avoir passé 10 ou 20 années ensemble. Parce qu’il faudrait accepter l’idée qu’on s’est trompé pendant aussi longtemps. Alors on continue à subir, parce que c’est moins douloureux.

 

C’est la raison pour laquelle ceux qui proposent un mode de vie indépendant s’en prennent tellement dans la tronche. Et c’est aussi l’une des raisons pour lesquelles j’ai désactivé les commentaires sur ce blog.

 

Pourtant, je comprends parfaitement la haine de ceux qui viennent la communiquer sur ce blog, ou par email. C’est la même haine que celle des vieux couples qui se battent et s’insultent tous les jours, mais n’osent pas divorcer parce qu’ils sont restés tellement de temps ensemble…

 

Pour ceux qui osent, pourtant, une autre vie est possible…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Si tu n’as pas beaucoup de vues ni beaucoup de likes, ça va t’intéresser…

Voici comment afficher des gros chiffres même quand on n’a qu’une toute petite audience.

 

Cliquer pour regarder la vidéo :

 


 
LA SUITE EST ICI

Quand j’explique que je gagne ma vie sur le web, et que peux emporter mon business en voyage, on me dit dans 99% des cas : “Vous avez vraiment de la chance”.

 

Ce que je réponds, c’est que si j’avais de la chance, je ne serais certainement pas dans ce cas là. Et j’explique la démarche qu’il y a derrière ce mode de vie. La façon dont j’ai organisé mon business et ma vie pour les faire tenir dans un bagage.

 

Si vous avez monté un business rentable, vous êtes certainement dans le même cas. On vous dit tous les jours que vous avez de la chance. Et au lieu de vous faire plaisir, ça vous blesse. Parce que dire que vous avez de la chance, c’est nier tous les efforts que vous avez accompli pour arriver là. C’est comparer le combat que vous menez depuis des années au simple remplissage d’un ticket de loto.

 

Le problème, c’est que les gens qui vous disent que vous avez de la chance croient justement en la chance. Ils croient que David Guetta, Bill Gates ou Richard Branson ont eu de la chance.

 

Si vous leur demandez, à ceux qui ont réussi de beaux projets, ils vous diront probablement le contraire. Parce qu’ils ont appliqué des stratégies. En fonction des résultats, ils les ont améliorées. Et encore, et encore…

 

Certains d’entre-eux sont partis avec un avantage certain. C’était parfois un capital, ou des relations. Pourtant, la plupart de ceux qui ont de l’argent à investir ou des relations bien placées n’ont jamais réussi à les exploiter aussi bien qu’eux.

 

Plus on croit que les autres ont de la chance, plus on s’enfonce dans son statut de victime. Ne plus croire à la chance, c’est casser un mur de Berlin. Un mur qui nous empêchait d’imaginer la possibilité d’aller un jour de l’autre côté.

 

Laissez la chance aux joueurs de loto. En business, elle vous empêche de réussir. Et dans la vie, n’en parlons pas…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Cliquez pour écouter le MP3 :

 


 

Peux-tu gagner ta vie confortablement en étant prestataire de services ?

 

✓ Tu ne trouves pas de méthode clés-en-main ni d’infos sur ce qui marche dans ton secteur ?

 

✓ Tu as besoin de trouver davantage de clients ?

 

✓ Tu veux des méthodes pour augmenter le taux d’acceptation de tes devis ?

 

Je réponds aux questions…

 

À voir tout de suite avant retrait :

 

MÉTHODE PRESTATIONS DE SERVICE

 

Lien de commande directe

 

(Tout sera retiré le 24/06/2019 à 23:59 heure française)

 

J’avais écrit l’article qui suit il y a de nombreuses années, avant que le terme « digital nomad » soit devenu commun.

 

Je le reproduis ici :

 

Depuis novembre 2010, ma vie tient dans une valise de moins de 20 kg. J’écris cet article à la terrasse de mon hôtel, à Bangkok, où je reste plusieurs semaines avant de partir pour Taïwan, la Chine, puis le Japon et la Corée. Je vis de mes sites web depuis 2003, ce qui me permet de voyager. En 2004, je suis parti pour l’Europe de l’Est ou je suis resté 5 ans. Il y a presque un an, j’ai radicalisé mon mode de vie en devenant un « nomade permanent ». Beaucoup de gens rêvent de se lancer dans la même aventure, mais ne savent pas vraiment comment s’organiser, et apréhendent les difficultés techniques, l’isolement… On me pose souvent les questions suivantes, auquelles je vais répondre ici du mieux que je peux :

 
 

Faut-il gagner beaucoup d’argent pour prendre la route ?

 

Beaucoup de gens qui rêvent de partir remettent leur décision à plus tard, et attendent d’avoir épargné une somme importante, ou de voir leurs revenus augmenter. Pourtant, si vous vivez aujourd’hui en France, vous êtes dans le 5ème pays le plus riche au monde. Ce qui veut dire que la vie est beaucoup moins chère presque partout ailleurs. Quand je suis parti en Roumanie en 2004, il suffisait de 300€ par mois pour vivre avec un confort équivalent que celui que procure un SMIC en France. Je suis en ce moment en Thaïlande, où les infrastructures sont modernes, les conditions de vie idéales (hormis la chaleur…), et où l’on peut vivre confortablement en 2011 avec moins de 500€ par mois. Si vos revenus sont limités, la première chose à faire est d’éviter les capitales. La seconde, c’est de vivre comme les habitants, et pas comme les touristes.

 
 

Quels objets emporter ?

 

J’ai eu l’occasion de dialoguer avec des gens qui se préparaient au voyage en listant tous les objets dont ils auront besoin, et en passant plusieurs mois à chercher le sac idéal et les accessoires « indispensables ». Le plus simple, c’est de partir avec le minimum vital (5 slips, 5 t-shirts et 2 jeans), et d’acheter le reste sur place. En Thaïlande et dans beaucoup d’autres pays, une belle chemise coûte moins de 10€. Une bonne valise, quelques dizaines d’euros. Et vous regretterez probablement d’avoir acheté votre équipement électronique à la FNAC quand vous constaterez quels sont les prix pratiqués ailleurs…

 
 

Comment fait-on concrètement pour vivre avec une valise de 20 kg ?

 

Si vous voyagez, vous devrez vous y faire, à moins de payer des frais d’excédents de bagages à chaque fois que vous prenez l’avion. J’avais déjà commencé à simplifier ma vie avant de prendre la route. Je vivais déjà avec peu d’objets, et j’appliquais déjà le principe qui consiste à acheter moins, mais à choisir le meilleur. A éliminer les gadgets inutiles au profit d’objets utiles de qualité supérieure… dont le prix est largement compensé par l’économie réalisée. Quand on vit en voyage, ce principe n’est plus un luxe, ni un caprice. Il devient indispensable.

 

A chaque fois que vous achetez un nouvel objet, vous devrez en éliminer un, parce qu’il faudra bien pouvoir fermer votre valise. Du coup, vous allez beaucoup moins vous attacher aux choses. Et forcément accorder davantage d’importance aux expériences. En faisant le choix de voyager, vous avez déjà pris la décision de dépenser davantage pour vivre des expériences que pour posséder des choses. Le problème, c’est qu’on est porté à croire, dès l’adolescence, que les choses ont davantage de valeur que les expériences. Quand on dépense 50€ dans une sortie, on le regrette souvent, en s’imaginant tous les gadgets qu’on aurait pu acheter avec cette somme. Même si la soirée était formidable, et qu’elle vous laissera un souvenir que vous n’oublierez jamais. Contrairement aux choses que vous auriez pu acheter avec ces 50€.

 

Les expériences ont de la valeur. Souvent plus que les choses. Pour vivre avec une valise de 20 kg, il est indispensable de le comprendre. Il y quelques jours, à la sortie de l’avion, je n’ai pas trouvé mon bagage. La compagnie l’avait perdu. Sans nouvelles pendant 3 jours, j’ai bien cru que je ne la retrouverai jamais. Et je me suis moi-même étonné de ne pas vraiment être marqué ni déçu par le problème. Je me plaisais au contraire à imaginer que c’était l’occasion de renouveller ma garde-robe.

 

Perdre 90% de ses posssessions et presque en sourire, c’est une chose qui aurait été impensable pour moi il y a un an. Je vous avoue que j’en ai ressenti une certaine fièreté. Et c’est bien la preuve que le voyage est la meilleure façon de détacher des choses au profit des expériences. Mes objets les plus précieux -électronique, passeport, …- n’étaient pas dans cette valise, mais dans mon bagage à main.

 
 

Quand on travaille en voyage, doit-on transporter 30 kg de documents administratifs, de factures et de papiers divers ?

 

Absolument pas. J’ai intégralement dématérialisé ma vie et mon travail, en recevant mon courrier postal en ligne via un service spécialisé, en scannant (enfin, en prenant en photo…) tous les documents à conserver, et en envoyant par la poste les papiers à conserver à un proche en France, qui les archive. Les services comme Dropbox et Evernote permettent d’aller encore plus loin en dissociant ses documents numériques de son disque dur : ils deviennent accessibles partout, depuis un smartphone, un ordinateur public, un cybercafé… En plus d’être protégés en cas de perte ou de vol d’équipement informatique. Commencer à dématérialiser votre vie quelques mois avant de partir vous simplifiera la tâche une fois sur la route… Pensez-y dès maintenant !

 
 

Et la sécurité dans tout ça ?

 

La liberté est indissociable de la responsabilité. Si vous n’aimez pas prendre de responsabilités, alors ne prenez pas votre indépendance. Conserver au minimum la somme nécessaire pour acheter un billet d’avion de retour, ou voyager avec un retour à date libre, déjà payé, c’est la première mesure sécurité minimale que tout voyageur devrait prendre.

 

La deuxième, c’est d’être assuré en cas d’accident ou de maladie. Si vous êtes Français, la sécu des Français de l’étranger n’est pas forcément la meilleure option. April Mobilité et ASFE, par exemple, proposent des garanties équivalentes à la couverture que vous avez actuellement en France ou ailleurs. Pensez aussi à une assurance responsabilité civile, et à une assistance juridique, souvent incluses dans le package de l’assurance santé.

 

La troisième, c’est de ne pas conserver tous vos moyens de paiement et votre argent liquide au même endroit. Placez une « liasse de sécurité », suffisante pour payer deux nuits d’hôtel et de quoi manger pendant quelques jours, à la fois dans votre bagage à main et dans votre valise (qui ferme, bien entendu, avec un code ou une clé).

 

En cas de besoin, vous pourrez toujours demander à un proche de vous envoyer un transfert d’argent par Western Union, que vous pourrez récupérer en liquide en quelques minutes dans une banque ou un bureau de poste, dans la plupart des pays du monde.

 
 

Comment rencontrer des gens ?

 

Selon les cultures, il est plus ou moins facile de faire connaissance avec des inconnus. D’un pays à l’autre, c’est le jour et la nuit. Entre le Vietnam et la Thaïlande, entre la Roumanie et la Hongrie, entre la France et l’Espagne… La facilité avec laquelle vous allez créer des liens varie du tout au tout. Pourtant, il existe deux principes qui se vérifient partout :

 

— Plus vous êtes différent des gens à qui les habitants sont habitués, plus ils vous abordent spontanément, de façon amicale, par curiosité. La différence de couleur de peau, d’habillement et de culture joue en votre faveur.

 

— Moins un endroit est aggloméré, plus les contacts sont faciles. Dans les grandes villes, vous êtes souvent aussi anonyme que dans le métro parisien.

 

Pour rencontrer des gens, sortez des grandes villes ! Enfin, ne vous limitez pas aux attractions touristiques. Elles ont souvent moins d’intérêt que la « vraie vie des gens ». Au lieu de suivre une carte touristique, passez du temps là où les autres en passent. Vivez comme eux. Visiter une culture, c’est beaucoup plus enrichissant que de visiter un musée !

 

Bon voyage, et au plaisir de se rencontrer sur la route…

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram


 

Se lancer à son compte, c’est l’un des rêves les plus chers aux Français. 72% de la population rêve de lancer son activité.
Pourtant, moins de 8% en viennent à créer une entreprise au cours de leur existence.

 

Le problème, c’est qu’on croit souvent qu’il est plus risqué de se lancer que de continuer de travailler pour un patron que l’on déteste, à faire un métier que l’on hait.

 

Voici pourquoi c’est faux, et pourquoi vous pouvez vous lancer sans risque.

 

Le calcul est simple : vous avez le choix entre deux options.

 

La première, c’est d’attendre patiemment la retraite pour faire enfin ce que vous aimez. Et d’échanger ces quelques années de liberté contre 5 journées sur 7, tout au long de votre vie active.

 

La deuxième option, c’est de tout plaquer maintenant, et de vous lancer à l’aventure.

 

Le pire qui puisse arriver, dans le premier cas ? Trimer pendant 40 ans pour vous retrouver malade à l’âge de la retraite, ou tout simplement épuisé.

 

Dans le deuxième cas, au contraire, le pire qui puisse arriver, c’est simplement de vous retrouver ponctuellement sur le marché de l’emploi en cas d’échec de votre projet.

 

Quelle est la situation la plus défavorable ? Finir sa vie en renonçant à ses rêves les plus chers, payés par un travail acharné et quotidien, pendant 40 ans ?

 

Ou simplement, se retrouver à nouveau sur le marché de l’emploi, avec une expérience de créateur d’entreprise en plus sur son CV ?

 

Tant que vos économies personnelles ne sont pas en jeu, vous n’avez aucun risque concret à vous lancer. Et nombreux sont les modèles d’activité rentables qui peuvent être lancés depuis chez soi, sans aucun investissement (consultez le guide « Travaillez en Slip » pour trouver des idées).

 

Le premier problème, c’est que la plupart des Français associent un risque élevé à la création d’entreprise. Sans avoir évalué les vrais risques du « salariat à vie ».

 

Le deuxième problème, c’est que l’école nous prépare à devenir des employés modèles. Le système scolaire actuel doit beaucoup à la Révolution Industrielle du XIXè siècle, et l’école ressemble à une usine en tous points.

 

Production par lots, en classes, sonnerie qui marque la fin des cours, contrôles de qualité avec évaluations régulières, certifications et diplômes… Les profs et conseillers d’orientation présentent, pour la plupart, la création d’entreprise comme une voie à part, plutôt déconseillée, voire loufoque.

 

Le troisième problème, c’est que tout le monde ou presque, dans notre entourage, est salarié. C’est un fait, statistiquement. Or, on a souvent besoin de l’avis des autres pour conforter ses choix. Se lancer seul, en contredisant les conseils de ses proches, voire de son conjoint, c’est forcément difficile.

 

Passés ces trois obstacles, pourtant, la route est libre.

 

La solution pour diminuer leur impact, c’est de se lancer progressivement. En choisissant une activité qui ne demande pas d’investissement, et qui soit cumulable avec un emploi salarié. Au moins au début.

 

En travaillant d’abord en soirée et en weekend, puis en adaptant son temps de travail salarié en fonction du développement de son activité indépendante, on limite encore les risques. Et on évite de manger des patates à l’eau pendant les premiers mois.

 

Beaucoup d’indépendants se limitent à vendre leur temps. Ils échangent des heures de travail contre un chèque, ce qui les empêche de cumuler leur activité avec un emploi salarié.

 

En créant un produit une fois pour toutes, vous allez travailler tout autant, que vous ayez un seul client, 500, ou 5000.

 

C’est l’une des clés d’un lancement d’activité réussi, en douceur, et en restant maître de votre temps.

 

 
 

Écoutez le tout dernier podcast :


 

Accès Telegram